Bandeau
Anarchisme et non-violence -2 -
Slogan du site
Descriptif du site
logo article ou rubrique
III ACTION NON-VIOLENTE ENTRE VILLE ET CAMPAGNE
Article mis en ligne le 26 mai 2022

Les groupes de base ont été les premières organisations de la gauche ouest-allemande à rejoindre le mouvement contre l’énergie nucléaire. (1) Ils ont été attirés par le mouvement en partie parce qu’ils y voyaient un large processus de libération : libérer l’action politique du contrôle bureaucratique. Les groupes locaux d’"initiative citoyenne" (Bürgerinitiative), qui constituent l’épine dorsale du mouvement, se sont développés en dehors du cadre politique établi. Contrairement aux partis politiques bureaucratiques, de nombreuses initiatives citoyennes étaient relativement démocratiques et encourageaient les gens à participer directement à la politique plutôt qu’à "déléguer" leur voix politique par le biais des élections. Les opposants à l’énergie nucléaire se sont concentrés sur les questions de démocratie et d’écologie. Ils étaient irrités par les efforts du gouvernement et des entreprises pour ignorer ou manipuler les préoccupations du public. Nombreux sont ceux qui considèrent que le problème est structurel et non individuel : ils identifient la répression politique croissante des années 1970, par exemple, aux exigences de "l’État nucléaire". Ces tendances radicales du mouvement antinucléaire ont été bien accueillies par les militants de la base, qui ont fait valoir que les questions de pouvoir de l’État, d’exploitation économique, de militarisme et de destruction écologique étaient intégralement liées.

Avant les années 1970, l’essentiel du militantisme populaire en RFA se concentrait sur les villes. La vieille gauche, qu’elle soit sociale-démocrate ou communiste, avait placé ses espoirs dans la classe ouvrière urbaine. Même le mouvement étudiant, tout en ouvrant de nombreuses nouvelles voies politiques, restait lié à l’accent marxiste traditionnel sur la lutte urbaine et tentait de former des alliances avec les travailleurs industriels.

Un fait a donné au mouvement antinucléaire une forme différente : la plupart des centrales nucléaires étaient destinées à la campagne. La plupart des personnes qui se sont d’abord opposées à leur construction étaient des agriculteurs, des habitants de petites villes et d’autres personnes qui vivaient à proximité des centrales proposées. La plupart d’entre elles étaient issus de milieux conservateurs et fermés, avec peu ou pas d’expérience de l’activisme politique. Ils s’opposaient à l’énergie nucléaire en tant que menace concrète et immédiate. Au fur et à mesure que le mouvement antinucléaire se développait, il attirait un grand nombre d’étudiants gauchistes et d’autres jeunes de la classe moyenne des villes, dont la culture, l’orientation politique et le style de travail étaient très différents de ceux des protestataires ruraux. Pour les gauchistes urbains, dont beaucoup étaient habitués aux conflits avec l’État, l’énergie nucléaire représentait moins une menace immédiate qu’une partie d’un système social oppressif. De tels contrastes politiques, ainsi que les différences de classe, d’identité régionale et d’âge qu’ils reflètent, ont créé de sérieuses tensions au sein du mouvement antinucléaire. (2)

En même temps, le mouvement antinucléaire a incité de nombreux gauchistes urbains à mettre davantage l’accent sur les questions écologiques. Cela reflète en partie une prise de conscience croissante des dangers posés par l’énergie nucléaire et la société industrielle dans son ensemble. Mais cela reflète également un contact accru avec la vie à la campagne et un intérêt croissant pour les aspects positifs du travail et de l’organisation sociale au sein des communautés rurales. Pour le réseau Grassroots, ce changement résonnait avec les thèmes de l’écologie et du communautarisme rural présents depuis longtemps dans les traditions anarcho-pacifistes.

Pour la plupart, cependant, les groupes Grassroots ont peu insisté sur le développement d’une discussion sur la politique anarchiste au sein du mouvement antinucléaire. En général, ils se présentaient simplement comme des groupes d’"action non-violente" et minimisaient leurs objectifs révolutionnaires. (3)

Il n’était cependant pas facile de défendre l’action non-violente au sein du mouvement écologiste. Les militants de base ont été confrontés à un préjugé répandu contre la "résistance passive" et, à la fin des années 1970, à l’opposition de principe des léninistes et des autonomes prônant la lutte violente. "Il était donc logique, commente un militant de la base, que notre première priorité soit de faire comprendre les moyens [de l’action non-violente], sinon nous aurions dû abandonner la lutte"(4) Les vifs débats au sein du mouvement antinucléaire à la fin des années 1970 sur la question de la violence reflétaient en partie la tension entre les groupes ruraux et urbains. Les initiatives citoyennes rurales dans plusieurs régions, souvent méfiantes à l’égard des gauchistes urbains, étaient profondément aliénées par l’approche des "militants" et craignaient que la violence ne sape leur propre soutien au niveau local. De nombreux maoïstes et autonomes, quant à eux, n’avaient guère de patience pour l’approche légale et non conflictuelle privilégiée par de nombreux groupes d’opposition locaux.

Les militants de la base ont tenté d’articuler une "troisième voie", une approche politique à la fois conflictuelle et non-violente, et utilisant la désobéissance civile de manière à renforcer, plutôt qu’à aliéner, le soutien local. Comme l’ont exprimé certains militants des Grassroots, ils espéraient, grâce à l’action non-violente, combler le fossé entre les ailes urbaines et rurales, ou radicales et modérées, du mouvement antinucléaire. (5)

Dans ce domaine, comme dans tous ses travaux, le réseau des Grassroots était limité par sa taille. Mais étant donné que les activistes Grassroots ne comptaient que quelques centaines de personnes dans un mouvement qui en comptait peut-être des centaines de milliers, l’étendue de leur influence sur les actions et les campagnes antinucléaires est remarquable. Ils ont lutté continuellement pour initier et améliorer les formes d’action non-violente : occupations de sites, jeûnes, boycott du paiement de l’électricité, organisation de grandes actions par des groupes d’affinité. Dans ce processus, des débats sur les principes de l’action non-violente ont également émergé au sein du réseau des Grassroots.

La composition du réseau Grassroots n’a pas changé radicalement au cours de cette période. Les étudiants ont continué à prédominer, et la rotation a été élevée dans de nombreux groupes. Le réseau s’est débattu avec le problème de l’organisation régionale et nationale, expérimentant diverses formes de coordination souple. Parmi celles-ci, citons un conseil de délégués et, plus tard, une "réunion de réseau" semestrielle des membres des Grassroots en tant qu’organes de coordination et de prise de décision. Mais la participation irrégulière, la peur de la centralisation, les désaccords sur les objectifs et le taux de rotation élevé se sont combinés pour contrecarrer ces efforts de coordination. Un processus long et intensif de discussion sur l’organisation du réseau de 1978 à 1980 a abouti à la formation d’une nouvelle organisation, la "Fédération des groupes d’action non-violente" (FÖGA). Cependant, tous les groupes de la base n’ont pas rejoint la nouvelle fédération, et les problèmes sous-jacents ont persisté au sein de la nouvelle structure. (6)

Dans ce chapitre, je commencerai par un bref synopsis des développements du mouvement écologiste dans son ensemble jusqu’en 1980. Ensuite, j’examinerai le rôle des groupes de la base dans certaines de ces campagnes, et la série de conflits politiques qui ont contribué à façonner le réseau de la base pendant cette phase.

LE DÉVELOPPEMENT DES LUTTES ANTINUCLÉAIRES (7)

L’opposition organisée à l’énergie nucléaire en RFA a commencé au début des années 1970. Dans le pays de Bade (sud-ouest de la RFA), en Alsace (France) et dans le nord-ouest de la Suisse, des agriculteurs et des habitants de petites villes ont lancé un mouvement international contre les projets industriels écologiquement dangereux, en particulier les centrales nucléaires. Ils ont été rejoints par des habitants des villes, notamment des militants de la base. Les initiatives citoyennes ont joué le rôle principal, bien que le mouvement ait également reçu le soutien de certains groupes religieux et de sections locales de partis.

Le mouvement antinucléaire a utilisé une combinaison de campagnes éducatives, de batailles judiciaires, de protestations symboliques et d’actions directes dans ses efforts pour arrêter la construction des centrales.

La principale forme d’action directe a consisté à occuper les sites de construction, comme l’ont fait les militants à Kaiseraugst (Suisse), Marckolsheim (Alsace) et Wyhl (Baden). Les militants de la base ont eu une influence dans ces trois cas : à quelques exceptions près, ces actions ont évité la violence physique. La deuxième occupation de Wyhl a impliqué des milliers de personnes et a duré de février 1975 à janvier 1976. La campagne de Wyhl s’est terminée en 1976 par une victoire des opposants à la centrale nucléaire.

Après l’occupation réussie de Wyhl, l’activisme antinucléaire s’est rapidement étendu à d’autres parties de la RFA par le biais du mouvement d’initiative citoyenne et de son organisation faîtière, l’Association fédérale des initiatives citoyennes environnementales (BBU). L’attention s’est déplacée vers le nord, en particulier vers l’État du Schleswig-Holstein, où les agriculteurs et les pêcheurs locaux se sont organisés contre les centrales nucléaires prévues à Brokdorf et Grohnde. Mais plusieurs groupes léninistes, qui sont les plus forts dans les villes du nord comme Hambourg, tentent de plus en plus de prendre le rôle principal au sein du mouvement. Comme la police devient de plus en plus violente pour bloquer les efforts d’occupation des sites de construction, les léninistes - et, plus tard, les autonomes - répondent par la contre-violence. Les actions de masse à Brokdorf et Grohnde en 1976-77 ressemblent à des batailles rangées et font des centaines de blessés. Les militants antinucléaires se divisent sur la question de la violence et, alors que la répression policière s’intensifie, la BBU suspend les manifestations de masse à l’automne 1977. Une phase d’inactivité relative et de manque de direction a suivi.

Entre 1978 et 1980, le mouvement antinucléaire s’est concentré sur les projets du gouvernement de Bonn de construire un complexe de stockage et de retraitement des déchets nucléaires près du village de Gorleben en Basse-Saxe. Contrairement à la campagne de Wyhl, la résistance locale a été initiée par des "immigrants" de la classe moyenne venus des villes. Les fermiers et autres résidents de longue date ne se sont joints que progressivement. Dans toute la RFA, les partisans ont formé des "cercles d’amitié de Gorleben" locaux, qui ont organisé une série d’actions coordonnées et décentralisées en 1978-79. Après qu’une manifestation légale de masse à Hanovre en mars 1979 ait attiré plus de 100 000 personnes, le gouvernement de l’État a annoncé la suspension des plans de construction de l’usine de retraitement. Mais les préparatifs pour les installations de stockage des déchets se poursuivent.

Les militants de la base ont alors aidé à lancer un plan d’occupation non violente de l’un des sites de forage à Gorleben. L’action, en mai 1980, a impliqué plus de 5 000 occupants qui ont créé un village antinucléaire, appelé la "République du Wendland libre". L’occupation a duré 32 jours avant que les manifestants ne soient délogés par la police. Après l’occupation de Gorleben, les actions politiques contre l’énergie nucléaire ont diminué jusqu’au milieu des années 1980.
Les campagnes de protestation, associées à des actions en justice, ont permis d’arrêter temporairement la plupart des projets d’énergie nucléaire. Après 1980, de plus en plus de militants se sont tournés vers le mouvement pour la paix.

LES PREMIERS ENGAGEMENTS DE LA BASE

Très tôt, les militants de la base ont joué un rôle important dans le mouvement écologiste. GA Kaiseraugst, un groupe d’action non-violente suisse ayant des liens étroits avec les groupes de la Grassroots en RFA, est devenu le point central de la résistance à la centrale nucléaire de Kaiseraugst en 1973-74, en commençant par une occupation du site en décembre 1973. Lors de l’occupation du chantier de l’usine chimique de Marckolsheim en 1974, des membres de GA Freiburg se sont joints à Eric Bachman pour organiser une formation à la non-violence à laquelle ont participé 300 personnes. GA Freiburg a également travaillé en étroite collaboration avec la coalition de groupes s’opposant à l’usine de Wyhl. (8)

Après le rassemblement estival des militants de la base à Kaiserstuhl en 1974, qui s’est concentré sur la politique de l’énergie nucléaire, le travail de GA Freiburg a reçu une attention et un soutien croissants de la part d’autres groupes de la base.

La campagne de Wyhl est caractéristique de plusieurs des problèmes auxquels les groupes de la base ont été confrontés dans le mouvement écologique. En partie sous l’impulsion de GA Freiburg, les initiatives citoyennes ont approuvé le principe de la non-violence, mais la plupart de leurs membres n’avaient que peu ou pas d’expérience ou de formation à l’action non-violente, et beaucoup avaient des préjugés bien ancrés sur l’efficacité de la "résistance passive". Ainsi, la campagne a souvent été marquée par une atmosphère d’hostilité qui contenait une menace de violence, et il est arrivé que des manifestants répondent à la police par la force physique.

Les militants de la base ont fait valoir que la non-violence était une source importante de force politique pour le mouvement. Pour de nombreux habitants de la région, la participation aux actions et la couverture télévisée des agressions policières contre les manifestants ont démasqué pour la première fois la violence de l’État. (9) La contre-violence, ont-ils affirmé, ne faisait que brouiller les pistes. La non-violence pouvait également contribuer à saper la discipline policière. Lors de la première occupation de Wyhl à la mi-février 1975, par exemple, les manifestants non violents ont réussi à attirer un certain nombre de policiers dans des discussions sur l’énergie nucléaire. Environ 200 policiers ont même refusé de faire partir les manifestants. (10) Mais la non-violence exigeait plus que des déclarations d’intention. Au début de la deuxième occupation de Wyhl, cinq jours plus tard, plusieurs centaines de manifestants ont surpris la police qui gardait le site. Sans formation à la non-violence ni préparation claire au conflit avec la police, l’action a été menée de manière chaotique et certains manifestants ont blessé des policiers en jetant des pierres. (11)

Au cours de l’année suivante, le potentiel de conflit violent a mijoté mais n’a pas éclaté. Au cours des premières semaines de la seconde occupation, les militants de Grassroots ont critiqué "une atmosphère agitée qui s’exprimait par de fausses alarmes continuelles, la construction de barricades, une peur des espions fortement accrue, etc. l’esprit non violent de la première occupation avait complètement disparu" ! Le site d’occupation ressemblait à "une forteresse ... qui était considérée comme une possession à défendre par tous les moyens possibles. Le mégaphone est devenu le porte-parole de ceux qui considéraient qu’il était nécessaire de donner des ordres militaires". Au fur et à mesure que la menace d’une attaque policière se dissipe, une atmosphère plus calme se développe. (12) Les occupants ont créé une "université populaire" à Wyhl, avec un éventail de cours liés à l’écologie, à la répression d’État et au militantisme politique. (13)

Les membres de GA Freiburg n’ont rapporté qu’un succès limité dans la sensibilisation à la non-violence. Trop souvent, a commenté Gabi Walterspiel, les militants de la base ont été contraints d’agir comme une "brigade de pompiers" pour prévenir rapidement la violence dans les situations chaudes. (14) Mais le groupe de Fribourg a également consacré son énergie à renforcer le dialogue avec les partisans de l’énergie nucléaire. "Le comportement non-violent doit commencer à ce niveau, sinon il ne sera guère possible avec la police". Ils ont contré la forte polarisation politique à Wyhl et dans les communautés voisines en écrivant et en parlant aux habitants opposés à l’occupation du site. "De nombreux habitants de Wyhl ont été étonnés d’être abordés individuellement et traités sans préjugés, et se sont montrés étonnamment ouverts à la discussion." De nombreux opposants à l’énergie nucléaire ont été surpris lorsque les membres de GA Freiburg ont visité les bars locaux fréquentés par les partisans de l’énergie nucléaire et ont tenu de longues discussions avec eux, sans être attaqués et mis à la porte. Les membres de GA Freiburg ont également eu des discussions fructueuses avec la police et ont notamment essayé de contacter les policiers qui avaient été blessés lors de la deuxième occupation. (15)

Outre leur frustration face aux attitudes violentes, les membres de GA Freiburg ont également critiqué la hiérarchie naissante au sein de la coalition d’initiative citoyenne. Le groupe chargé par la coalition de négocier avec les représentants de l’État a fait preuve de méfiance envers les autres membres du mouvement, ont-ils accusé, et a dissimulé des informations sur les négociations. Dans le même temps, les négociateurs recevaient rarement des instructions directes de la "base". Au cours des années suivantes, les militants de Grassroots ont critiqué à plusieurs reprises de tels problèmes organisationnels au sein des initiatives citoyennes. (16)

SOUFFRANCE VOLONTAIRE ?

Alors que l’occupation de Wyhl était en cours, une campagne antinucléaire distincte a déclenché un conflit au sein du réseau Grassroots sur les principes de l’action non-violente. En 1975, le militant antinucléaire Hartmut Gründler a lancé un appel moral aux responsables gouvernementaux pour qu’ils démontrent leur crédibilité en tant que représentants démocratiques. Gründler a mené une série de jeûnes pour persuader les officiels de mettre en pratique leur discours sur un "dialogue citoyen" décidant de l’avenir de l’énergie nucléaire, et de déclarer un moratoire temporaire sur l’énergie nucléaire en attendant cette décision. Il a appelé le réseau Grassroots à soutenir sa campagne par des jeûnes de solidarité. Un certain nombre de groupes Grassroots l’ont fait en janvier 1976. Mais de nombreux militants de la Grassroots ont vivement critiqué Gründler pour avoir utilisé la contrainte morale pour obtenir du soutien : il a pratiquement menacé de se suicider si les autres ne suivaient pas son plan. Tragiquement, Gründler a mis fin à sa campagne et à sa vie en 1977 en s’immolant comme une dernière protestation contre l’intransigeance du gouvernement. (17)

Bien que le cas de Gründler soit extrême, d’autres sections du réseau Grassroots, comme le groupe d’action non-violente de Siegen, ont mené des jeûnes sans une telle autodestruction. (18) Mais un débat s’est ouvert au sein du réseau Grassroots sur le principe d’action central de Gründler : en appeler à la conscience et aux principes déclarés du gouvernement par la souffrance volontaire. Les lignes de ce débat reflétaient les traditions distinctes de non-violence religieuse et anarchiste dont s’inspirait le réseau Grassroots. Comme ces traditions, cependant, le débat impliquait une variété de positions qui se chevauchaient ; je ne présenterai ici que deux pôles fondamentaux.

Certains militants du Grassroots se sont prononcés en faveur de formes de souffrance volontaire, telles que le jeûne, dans la lignée des pacifistes religieux tels que Theodor Ebert et Wolfgang Sternstein. Selon eux, la non-violence implique de considérer ses adversaires politiques comme des alliés potentiels : la force de l’action non-violente réside dans sa capacité à convaincre les personnes au pouvoir. L’efficacité des actions dépendait donc de l’esprit dans lequel elles étaient menées, et non du nombre de participants. Grâce à l’ouverture et à la confiance, les militants non violents peuvent faire appel à la conscience des puissants. La volonté de souffrir était une preuve importante d’engagement et une forme puissante de persuasion. (19)

Les opposants à ce point de vue comprenaient des membres de l’AG de Göttingen, qui s’identifiaient clairement à la tradition anarchiste de la non-violence. L’action non-violente, disaient-ils, ne gagnait pas de nouveaux partisans en faisant appel à une conscience humaine universelle ; les réponses des gens étaient fortement façonnées par leur rôle dans la société et leur sens des intérêts sociaux. La clé du changement radical est de saper les structures du pouvoir ; dépendre des dirigeants pour changer est naïf et dangereux. Historiquement, faire appel aux dirigeants avait conduit de nombreux mouvements sociaux non violents à la défaite par le biais de "fausses tactiques, telles que l’exercice du pouvoir par des manifestations dans les rues tout en sous-estimant ou en ignorant pratiquement la sphère économique dans son importance".(20)

La souffrance volontaire, selon eux, ne fait que réorienter la violence vers l’intérieur, au lieu de l’éliminer. Et l’expérience du nazisme en Allemagne a démontré que la souffrance pouvait aussi bien renforcer la froideur et la cruauté que les affaiblir.

" ...rappelons-nous : Ils ont d’abord fusillé les enfants, puis ils ont laissé les parents implorer la mort. Longtemps après, ils les ont abattus aussi. C’était en Allemagne. Ils étaient probablement chrétiens. Rien ne les arrêtait, ni Dieu, ni la conscience du monde, ni la voix intérieure. Pour le fasciste, la faiblesse de sa victime est la preuve exacte de sa culpabilité : le souffrant souffre parce que c’est tout ce qu’il mérite." (21)

Ce débat est toutefois resté essentiellement théorique. Au fur et à mesure que les militants du Grassroots s’impliquaient plus intensément dans des actions non-violentes, ils ont trouvé un grand nombre de terrains d’entente sur lesquels ils pouvaient travailler. Leur sentiment d’unité politique a été renforcé par la nécessité d’affronter les militants du mouvement antinucléaire qui rejetaient toute forme de non-violence engagée. (22)

LE CONFLIT AVEC LES "MILITANTS".

L’occupation de Wyhl, malgré les tensions mentionnées ci-dessus, est pacifique en comparaison avec les actions ultérieures menées ailleurs en RFA. La situation lors de nombreuses manifestations à Brokdorf et Grohnde en 1976-77 encourageait les conflits violents à grande échelle. D’un côté se trouvaient un grand nombre de policiers en tenue paramilitaire et des hélicoptères ayant pour instruction d’empêcher à tout prix les occupations de sites. De l’autre côté, des masses amorphes de manifestants se rassemblaient, comptant parfois des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup n’avaient pas ou peu de plan d’action clair ou de préparation pour faire face à la police. Parmi eux, on trouve un nombre croissant de gauchistes "militants" désireux de se défendre contre l’État.

La poignée de militants de la base ne pouvait pas faire grand-chose dans de telles situations. Comme à Wyhl, certains d’entre eux ont joué le rôle de "pompiers" lors des manifestations : ils ont tenté de désamorcer les situations violentes en intervenant auprès de la police et des autres manifestants. (23) Les groupes antinucléaires locaux du Schleswig-Holstein ont répondu à la violence en organisant des rassemblements légaux séparés au début de 1977. (24)

En janvier 1977, les groupes de la base ont envoyé une lettre collective à la Lower Elbe Environmental Citizen Initiatives (BUU), la coalition régionale d’initiatives citoyennes qui coordonnait les protestations à Brokdorf et Grohnde, l’exhortant à prendre des mesures positives pour rendre les futures manifestations non-violentes. Ils se sont demandé si les occupations massives de sites étaient toujours la tactique la plus efficace pour le mouvement.

Ils ont recommandé que le BUU publie des objectifs et des plans clairs pour chaque action ;
- de demander à tous les participants d’agir de manière non-violente, de ne pas attaquer ou provoquer la police, mais plutôt d’essayer de parler avec elle de l’action et de son but ;
- de faire appel à des "marshals" formés pour intervenir auprès des provocateurs, des foyers de violence, de panique, etc. et pour aider les autres manifestants à rester calmes ;
- de prendre l’initiative de mettre fin aux manifestations de manière anticipée, si elles deviennent incontrôlables ;
- et afin de réduire les tensions et les craintes, prendre contact avec la police lors de la planification et des actions, et éviter de la traiter en ennemie ? (25)

C’était la première fois que des groupes de la base prenaient publiquement une position collective. Les lignes directrices décrites dans la lettre sont devenues le point central du débat sur la question de la violence au sein du mouvement antinucléaire. Les militants de la base se sont joints à d’autres personnes dans le cadre d’initiatives citoyennes et de conférences régionales de planification pour s’élever contre les "militants" en faveur d’un mode d’action non violent.

Les "militants" des K-Groups soutenaient que c’était l’État, et non les manifestants, qui déterminait le niveau de violence lors des manifestations. Selon eux, la contre-violence était le seul moyen de résistance efficace : la non-violence signifiait soit l’inaction, soit l’acceptation passive des attaques de la police en tant que martyrs politiques, ce qui ne menaçait pas le pouvoir de l’État. Organiser des actions strictement non-violentes excluait les membres du mouvement qui n’acceptaient pas une approche non-violente. Au contraire, selon eux, les manifestations devraient maintenir l’unité du mouvement en permettant un large éventail de tactiques et des décisions "spontanées" sur les lignes de conduite à adopter en fonction des circonstances immédiates.

Les militants de la base ont répondu par plusieurs points. La "contre-violence" masque la violence de l’État, isole le mouvement d’un soutien populaire plus large et exclut la possibilité de susciter la sympathie de la police. Les actions de masse militaristes créaient des situations dans lesquelles la plupart des manifestants ne pouvaient pas avoir une vue d’ensemble de la situation et étaient obligés de dépendre des informations et des instructions de quelques leaders (souvent autoproclamés). Les appels des léninistes à l’"unité" n’étaient qu’un prétexte pour centraliser le pouvoir entre leurs mains. Cela a sapé la force du mouvement antinucléaire puisque "la lutte contre la destruction industrielle et étatique de notre environnement est aussi une lutte pour l’autogestion." (26)

La campagne contre l’énergie nucléaire, selon de nombreux partisans de la non-violence, doit être une lutte politique, et non une lutte militaire pour contrôler des morceaux de territoire. Non seulement l’approche militaire sape le contenu radical des actions antinucléaires, mais elle doit aussi tomber. À long terme, les militants antinucléaires ne pourront jamais s’armer et se discipliner plus efficacement que la police (ou, dans le cas extrême, l’armée). Toutes les actions doivent s’inscrire dans une stratégie d’activation de larges couches de la population. (27) "Un point critique du conflit", écrit un militant à propos d’une occupation à Grohnde en 1977, est la question de savoir d’où nous attendons que vienne la force cruciale pour défendre l’occupation :

Des grandes villes ou des environs immédiats de la centrale nucléaire ? De la sous-culture scolaire et universitaire ou des femmes au foyer, des ouvriers et des agriculteurs ?" La non-violence active, disaient-ils, était le moyen le plus efficace d’enraciner le mouvement de résistance dans les communautés locales ?

"TERREUR" ET RÉPRESSION

Dans les années 1970, le climat politique en RFA est marqué par la violence souterraine de la gauche et la répression étatique qui l’accompagne. Plusieurs groupes de guérilla urbaine, en particulier la Fraction armée rouge (RAF), le Mouvement du 2 juin et les Cellules révolutionnaires (RZ), ont mené une série d’attentats à la bombe, de raids de prisons, d’enlèvements, etc. planifiés secrètement, en prétendant agir en solidarité avec les mouvements de libération nationale du tiers monde. Le gouvernement de coalition dirigé par le SPD à Bonn répond par la répression politique la plus sévère que la RFA ait connue jusqu’alors.

Les pouvoirs de surveillance et de contrôle politiques de l’État ont été largement étendus grâce à de nouveaux mécanismes tels que le Berufsverbot (interdiction professionnelle) , qui exigeait une "loyauté" vaguement définie de la part de tous les employés de l’État. La peur du "terrorisme" a été utilisée pour isoler et punir un large éventail de groupes de gauche et a facilité la répression violente des manifestations antinucléaires.

Les militants de base ont subi relativement peu de répression directe : en tant que petit nombre d’activistes "pacifiques", ils étaient considérés comme moins menaçants que des organisations telles que les groupes K. ( Günther Saathoff ne cite qu’un seul partisan de la Grassroots qui a été pénalisé par le Berufsverbot. Et dans un seul cas, "l’affaire Mescalero" (Göttingen 1977), les militants de la Grassroots ont été confrontés directement à une forte répression policière, comme des perquisitions et la confiscation de journaux. Voir Saathoff,140).

Mais l’atmosphère d’hystérie encouragée par le gouvernement et une grande partie des médias (en particulier la presse de droite de Springer) a inhibé le travail de tous les groupes de gauche. Les militants de la base étaient furieux, par exemple, de la confusion systématique du langage par la droite : jouant sur les idées fausses de la population, le gouvernement Schmidt et la presse Springer qualifiaient les guérillas urbaines comme la RAF d’"anarchistes" et assimilaient la "violence" à toute action défiant l’autorité de l’État. (29) En tant qu’anarchistes non-violents, de nombreux militants du Grassroots ont ressenti le besoin de se défendre et de défendre la tradition anarchiste contre toute association avec ces groupes.

Les membres du réseau Grassroots ont abordé la situation en des termes partiellement partagés par d’autres gauchistes indépendants. Tout en condamnant les efforts de l’État pour renforcer le contrôle politique sur la société, ils reprochent aux guérillas urbaines d’aider le gouvernement à légitimer sa campagne. Ils dénoncent les effets politiques destructeurs des organisations basées sur le secret : isolement croissant de la population, méfiance et suspicion internes, incapacité à entendre les critiques ou à développer une analyse ou des objectifs politiques réalistes. Ils dénonçaient la violence terroriste comme étant brutale et inefficace (30). Contrairement à certains gauchistes qui, par solidarité, n’étaient pas d’accord avec la guérilla mais la défendaient publiquement contre la répression de l’État, les militants de la Grassroots ont peu participé aux campagnes contre l’isolement cellulaire et autres mesures utilisées contre les guérilleros emprisonnés. Beaucoup ne se sentaient pas solidaires de "ces groupes... qui ont détruit notre travail politique encore et encore". (31) Au contraire, les militants de Grassroots soutenaient que la violence souterraine et la répression de l’État se renforçaient et s’égalisaient mutuellement. Un article de GrasswurtzelRevolution s’intitulait "Grand coalition of righttist and "leftist" militarists ? (32)

Bien que la question de la lutte armée et de la répression d’État soit périphérique par rapport au travail politique quotidien du réseau Grassroots, beaucoup (en particulier les anarchistes) pensaient qu’elle était centrale pour l’autodéfinition du réseau. Un militant de Grassroots m’a dit que la RAF et le réseau Grassroots étaient les deux principales directions dans lesquelles les courants radicaux s’étaient déplacés après l’effondrement de l’opposition extra-parlementaire en 1969.

Le pamphlet de 1978, Feldzüge für ein sauberes Deutschland ("Campagnes pour une Allemagne pure"), va dans le même sens. Le pamphlet, écrit par des membres de GA Göttingen, a été publié comme la deuxième "déclaration politique des groupes d’action non-violente en RFA." (Bien qu’il se concentre sur le terrorisme et la répression, le pamphlet est l’une des déclarations de principes les plus complètes sur le plan théorique du réseau Grassroots, représentant une perspective explicitement anarchiste. Ses auteurs distinguaient "deux courants du mouvement révolutionnaire" qui ont existé au moins depuis la première guerre mondiale : "D’un côté, il y a la théorie et la pratique de la lutte armée pour la dictature du prolétariat." De l’autre côté : "les anarchistes non-violents". D’autres tendances radicales importantes, comme le mouvement des femmes et le mouvement écologiste, ont soulevé des questions qui transcendent cette division. Mais en ce qui concerne le rôle de la violence et de la terreur dans la révolution, la RAF et le réseau Grassroots n’étaient pas seulement en conflit, ils représentaient deux pôles antagonistes fondamentaux. (33)

Dans Feldzüge, les membres de GA Göttingen ont également contesté ceux qui plaidaient pour une violence révolutionnaire plus "spontanée", "anti-autoritaire" ou même "joyeuse" que celle des guérillas urbaines. La RAF, disaient-ils, ne faisait que pousser la doctrine de la lutte armée à sa conclusion logique. Si le recours à la violence doit être efficace, alors il ne peut être spontané, et il sera rapidement tout sauf joyeux. Ceux qui veulent gagner une guerre ne font que devenir les machines à tuer froides et obéissantes dont parlait Che Guevara. Dans la guerre, la victoire ne va pas à la justice, à la vérité et au bonheur ; ce sont les armes, la discipline et la dureté qui décident. La violence n’est jamais anti-autoritaire" (34)

L’héritage du nazisme est un fil conducteur de la discussion de GA Göttingen sur la violence politique. " En Allemagne [...] l’expérience du fascisme [...], que nous n’avons toujours pas surmontée, reste d’une certaine manière toujours une menace ? ". Ce souvenir rendait "l’idée de la lutte armée actuellement plausible", car il confère un plus grand sentiment d’urgence à la nécessité d’un changement révolutionnaire. (35) Les questions sans réponse sur le passé (comment cela a-t-il pu se produire ? pourquoi la résistance était-elle si peu fréquente et si faible ?) ont façonné les guérillas urbaines des années 1970. Des personnes comme Horst Mahler et Ulrike Meinhof (tous deux membres de la première heure de la RAF) voulaient éviter le fardeau de la complicité et résister au fascisme tel qu’ils le voyaient se perpétuer dans le tiers-monde. Ironiquement, selon GA Göttingen, ces bons motifs les ont conduits à des actions inutiles et destructrices. (36)

Pour les anarchistes du réseau Grassroots, l’héritage du nazisme était également important, mais il produisait des résultats différents : "Pour nous, la conséquence de ce crime est que nous devons tout faire pour éviter les situations où nous agissons comme des seigneurs de la vie et de la mort... . C’est là une source de notre rejet de la violence, et notamment de la violence de l’État". (37) Cela les séparait des marxistes, qui pouvaient justifier la violence - même les camps de travail forcé de Staline - au nom du "progrès historique." "La supériorité de l’anarchisme sur les autres théories politiques est, pour nous, qu’il ne peut y avoir de camps de concentration anarchistes." (38)

ÉCOLOGIE ET PHILOSOPHIE POPULAIRE

Le mouvement antinucléaire a introduit des thèmes écologiques dans le discours politique de la RFA, des thèmes qui soulignent l’interdépendance de l’homme avec le monde naturel. Auparavant, la discussion sur la nature dans un contexte politique avait été discréditée en Allemagne par association avec les nazis. (La droite ouest-allemande a ainsi invoqué à plusieurs reprises le spectre du nazisme pour tenter de discréditer les groupes écologiques. (39) Mais l’écologie politique de la plupart des secteurs du mouvement antinucléaire est fondamentalement en désaccord avec l’idéologie nazie. Les nazis ont justifié leurs politiques génocidaires en invoquant une "Nature" définie par la domination, la soumission et la lutte impitoyable pour la survie. La plupart des groupes écologistes, cependant, ont souligné l’interdépendance des organismes d’une manière qui rend la "hiérarchie naturelle" un terme dénué de sens.
C’est particulièrement vrai pour le réseau Grassroots, qui a essayé d’intégrer l’analyse écologique à sa critique générale de la violence structurelle.

Comme d’autres gauchistes préoccupés par l’écologie, les membres du réseau Grassroots ont identifié les forces du marché et d’autres structures du capitalisme comme étant le moteur central de la destruction écologique. La crise écologique a également exacerbé d’autres aspects de la domination capitaliste. La répression politique a été nécessaire pour imposer l’énergie nucléaire à une population réticente, et des technologies dangereuses, dont l’énergie nucléaire, ont été transférées dans les pays du tiers monde. Dans le même temps, les militants de la Grassroots critiquaient la destruction écologique perpétrée par les États "socialistes". Le problème ne pouvait donc pas être lié au seul capitalisme. (40)

Les anarchistes, les libertaires radicaux et les pacifistes contestent depuis longtemps le credo marxiste selon lequel le développement capitaliste des "forces productives" constitue la base de la libération humaine. Des écrivains comme Peter Kropotkin, Gustav Landauer, Lewis Mumford et Mohandas Gandhi ont affirmé que la technologie ne pouvait être considérée comme politiquement neutre. Ce n’est pas seulement le système capitaliste de relations de propriété qui aliène et opprime le travailleur d’usine, mais aussi le processus de travail lui-même tel qu’il est défini par la technologie industrielle. Ces radicaux rejetaient un modèle linéaire de "progrès" historique et envisageaient une synthèse de la technologie des machines avec certains aspects de la société préindustrielle. Kropotkine, par exemple, plaide pour l’intégration d’une petite industrie décentralisée dans les communautés agricoles et pour l’autosuffisance agricole par la conservation des ressources. De nombreuses idées de Kropotkine dans De l’entraide , un livre écrit en réponse au darwinisme social, anticipaient sous une forme plus grossière les idées modernes d’interdépendance écologique. (41)

De nombreux militants de la base ont adopté des positions similaires en formulant leurs critiques de la société actuelle et leurs visions de l’avenir. La création d’une société non-violente et non-hiérarchique impliquait la transformation de la technologie et la restauration d’une conscience étroite de la participation humaine dans le réseau écologique. Cela signifiait le passage d’une industrie à grande échelle à un grand nombre de petites machines simples et flexibles ; une organisation "à l’échelle humaine" ; des communautés diversifiées et largement autosuffisantes ; et un sens revitalisé de l’identité et de la responsabilité régionales. (42)

Les militants de la base ont vu de nombreux aspects de cette vision dans les communautés rurales qu’ils ont rencontrées dans le cadre de leur travail antinucléaire. Bien qu’il y ait eu une certaine tendance à romancer la vie à la campagne, les militants de la base ont également trouvé des raisons de considérer les communautés rurales de manière critique. Certains ont vu l’esprit de clocher, les hiérarchies locales, le conservatisme et la passivité politique dans des régions agricoles comme le Wendland. Ils ont cherché à s’inspirer des aspects positifs de la vie industrielle et préindustrielle, tout comme ils ont cherché, de manière parallèle, à servir de médiateur entre les sections urbaines et rurales du mouvement antinucléaire. (43)

LES GROUPES DE BASE PRENNENT L’INITIATIVE

Au sein du mouvement contre l’énergie nucléaire, les groupes de base se sont souvent retrouvés dans une position défensive. Après les actions de masse à Brokdorf, par exemple, ils ont dénoncé la violence des militants, mais n’avaient que peu d’exemples positifs de non-violence antinucléaire à présenter. De plus en plus, cependant, les groupes Grassroots ont lancé des actions pour offrir une alternative positive et démontrer la viabilité de leur approche.

En février 1977, le même jour qu’une action de masse à Brokdorf qui a fait 500 blessés, les activistes Grassroots ont aidé à organiser une occupation non-violente du site de Grohnde. Plus de 1000 "militants antinucléaires ont surpris la police avec des fleurs et des confettis de carnaval, puis ont occupé le site pendant deux heures. Ils se sont retirés volontairement face à l’hostilité des initiatives citoyennes locales." (44) Une occupation non-violente de moindre envergure à Grohnde en juin a suscité des réactions un peu plus favorables de la part des habitants locaux. (45)

En février 1977, GA Freiburg a organisé une occupation par plusieurs initiatives citoyennes des bureaux du gouvernement de l’Etat à Freiburg. Ils ont exigé que le gouvernement du Land rende publics ses plans pour faire face à une catastrophe à la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace. Le gouvernement a refusé d’obtempérer et les a fait sortir du bâtiment, mais cette action a bénéficié d’une couverture médiatique favorable. Une semaine plus tard, les plans ont été volés, et GA Freiburg a aidé à les rendre publics. La totale inadéquation des plans a attiré l’attention de toute la RFA. (46)

Au début de l’année 1979, des groupes de la base ont lancé une campagne visant à retenir les 10 % des paiements d’électricité utilisés pour financer les projets d’énergie nucléaire. Les participants ont placé l’argent dans un fonds fiduciaire, qui ne serait versé que si une série de demandes étaient satisfaites. Au milieu de l’année 1979, des ménages de 20 villes participaient à la campagne ; au milieu de l’année 1980, au moins 3 500 ménages de 83 villes y participaient. Lorsque les compagnies d’électricité ont saisi la justice pour couper l’électricité, les décisions des tribunaux étaient contradictoires. Mais la menace permanente de la répression, ainsi que le caractère à long terme de la campagne, ont découragé de nombreux militants antinucléaires de participer. (47)

LA CAMPAGNE DE GORLEBEN

L’influence la plus spectaculaire des groupes de base sur le mouvement antinucléaire s’est produite pendant la campagne de Gorleben de 1978 à 1980. Comme concession à la pression antinucléaire, le gouvernement de Bonn a annoncé en 1976 que la construction de centrales nucléaires serait arrêtée jusqu’à ce qu’un projet soit lancé pour traiter les déchets nucléaires. Le projet de complexe de Gorleben pour le stockage et le retraitement des déchets est ainsi devenu une question centrale dans le débat nucléaire, comme l’ont rapidement compris les militants antinucléaires. S’ils parvenaient à stopper le projet Gorleben, ils pourraient stopper toute l’expansion de l’énergie nucléaire.(48)

Dans un effort pour éviter les affrontements violents et le "tourisme" antinucléaire des manifestations de masse de 1976-77, les groupes Grassroots se sont joints à d’autres activistes en 1978 pour développer un plan de "résistance décentralisée" non-violente. Ils se sont inspirés de l’exemple de la campagne de Wyhl où le militantisme antinucléaire était fermement ancré dans les communautés locales. Contrairement à la région de Wyhl, cependant, la résistance dans le Wendland, la région autour de Gorleben, ne s’est développée que lentement et prudemment et reposait en grande partie sur des "immigrants" de classe moyenne venus des villes. Ce n’est que progressivement que les agriculteurs locaux ont rejoint la lutte.(49)

Ainsi, la campagne de résistance décentralisée a mis l’accent sur la formation de "cercles d’amitié" à Gorleben dans toute la RFA. De nombreux militants de la base ont vu dans les cercles d’amitié de nouvelles opportunités de développer des alliances communautaires à long terme et de relier le danger central du projet Gorleben aux branches locales de l’industrie nucléaire à travers la République fédérale. Les nouvelles organisations ont rencontré quelques frictions avec les groupes antinucléaires plus anciens et ne sont devenues actives que lentement. Beaucoup de ceux qui les ont rejoints ont apparemment opté pour la non-violence simplement par peur de la police. Mais une série de "journées d’action" coordonnées à l’échelle nationale ont progressivement attiré jusqu’à 28 000 personnes dans plus de 40 villes. La résistance décentralisée a pris la forme de nombreuses petites actions colorées dans les rues, allant du théâtre de rue aux blocages et autres actions de désobéissance civile. Certains groupes ont rejoint et fait connaître le boycott du paiement de l’électricité. Quelques-uns ont tenté d’axer l’éducation politique sur la police. C’est ainsi qu’ont été établis les débuts d’un réseau local d’action non-violente, qui s’est étendu bien au-delà du réseau Grassroots. (50)

D’autres groupes au sein du mouvement antinucléaire n’ont pas soutenu la stratégie de résistance décentralisée. Les "militants" ont plaidé pour un retour aux affrontements centralisés avec la police. Les groupes libéraux ont organisé des rassemblements de masse légaux à Hanovre et Bonn en 1979, et divers groupes antinucléaires ont commencé à se concentrer sur la politique électorale. Toutes ces approches, selon les militants de la base, ne faisaient que ressasser de vieilles idées et encourager la passivité politique. (51)

En septembre 1979, le forage de l’installation de stockage des déchets nucléaires a commencé. Au début de 1980, après un débat animé, une conférence d’organisateurs antinucléaires a décidé d’appeler à une occupation non-violente du site de forage. Alors que certains groupes "militants" ont rapidement abandonné le projet, les groupes de résistance du Wendland ont offert leur soutien. (52)

Les groupes de base ont eu un rôle décisif dans la formulation du plan d’occupation non-violente. Ils ont été fortement influencés par l’exemple de l’occupation antinucléaire non violente de Seabrook, New Hampshire, au printemps 1977. En 1979, le groupe berlinois Klatschmohn ("Corn-Poppy"), composé en grande partie de militants de la base, a passé quatre mois aux États-Unis pour apprendre les techniques et les principes de l’action non violente. Klatschmohn et d’autres groupes de la base ont élaboré un plan d’action pour Gorleben, calqué sur le modèle de Seabrook. (53)

(Parmi les nombreuses organisations que le groupe de Klatschmohn a visitées, il y avait la Community for Creative Nonviolence à Washington, D.C. ; le Center for Nonviolent Action à Voluntown, Connecticut ; et le Movement for a New Society à Philadelphie).

Alors que les actions à Brokdorf avaient rassemblé les manifestants sous la forme d’une masse amorphe, le modèle de Seabrook a montré comment un groupe important pouvait mener une occupation sous la forme d’un réseau cohérent et articulé de groupes. Dans les semaines précédant l’occupation de Gorleben, les membres des " collectifs de formation " de la base ont organisé des formations à la non-violence dans de nombreuses villes et ont distribué de nombreux exemplaires d’un " manuel " pour l’occupation. Ce manuel contenait des informations sur la non-violence, des directives pour l’organisation et les actions, des informations juridiques, un historique de la campagne de Gorleben, une explication des plans d’occupation et d’autres documents. Les organisateurs ont encouragé les participants avant et pendant l’occupation à former des "groupes d’affinité" avec d’autres personnes de leur propre ville. Ces groupes ont formé la base organisationnelle du village d’occupation " la République libre du Wendland". (54)

Le concept de "groupe d’affinité" a été développé pour la première fois par les anarchistes espagnols dans les premières décennies du vingtième siècle, et ces dernières décennies, il a été remis au goût du jour par les anarchistes non-violents dans de nombreux pays. Il s’agit d’un petit groupe d’action soudé (généralement 10-20 personnes) qui fonctionne de manière autonome. Dans les organisations ou les actions de plus grande envergure, comme celles de Seabrook et Gorleben, les groupes d’affinité ont pour but de contrer les sentiments d’anonymat et d’isolement, de maintenir la non-violence et la flexibilité pendant les actions, et de décentraliser l’information et le pouvoir en donnant à chaque personne une voix directe dans la planification et les décisions. Les groupes d’affinité envoient des représentants en rotation à un "conseil des orateurs" qui ne prend pas de décisions contraignantes mais tente plutôt de parvenir à des accords qui sont ensuite renvoyés aux groupes d’affinité pour approbation ou révision. Les groupes d’affinité et le conseil des orateurs prennent leurs décisions non pas à la majorité, mais par consensus, un processus dans lequel toute personne peut choisir de bloquer une décision. L’objectif de ce système n’est pas de parvenir à un accord unanime, mais plutôt de s’assurer que tous les participants ont le sentiment que leurs opinions ont été entendues de manière adéquate. (55)

L’occupation de Gorleben, qui a eu lieu en mai 1980, a impliqué des milliers de personnes de toute la RFA. La "République libre du Wendland" est devenue un lieu d’activités continues, étendues et souvent spontanées : construction de maisons, musique, théâtre, événements éducatifs, discussions politiques, etc. La préparation par des formations et des groupes d’affinité a permis à la création du village de se dérouler rapidement et efficacement. Dans le village, la structure des groupes d’affinité englobait un large éventail de formes d’organisation, depuis les unités "familiales" insulaires jusqu’aux grands groupes aux liens lâches des grandes villes. (56)

Les relations avec les résidents locaux étaient mitigées. Peu de fermiers locaux ont participé directement à l’occupation, mais beaucoup ont exprimé leur soutien en apportant de la nourriture, de l’eau et de la paille et en offrant des conseils sur la construction de maisons. Les activistes ont mis en place un service d’information dans le village d’occupation, ce qui a contribué à améliorer la communication entre les résidents locaux en visite et les radicaux de la ville. Mais lorsque les activistes ont tenté de se rendre dans les communautés environnantes, ils ont eu beaucoup moins de succès. (57)

Il y avait également des problèmes avec le système du conseil des orateurs. Alors que certains membres du village refusaient de prendre part aux décisions, d’autres jouaient le rôle de "politiciens professionnels" et essayaient d’utiliser le conseil des orateurs pour promouvoir leurs points de vue et leur influence. Certains autonomes ont rejeté le système du conseil des présidents en principe comme étant anti-démocratique et ont organisé des manifestations contre ce système au sein du village. Les autonomes et autres "militants" ont également critiqué l’accord visant à maintenir l’action non-violente. Ils ont fait valoir que la principale tactique utilisée lorsque la police est arrivée pour déloger les occupants - s’asseoir et refuser de bouger - était simplement une expression de faiblesse et de passivité. Revendiquer l’expulsion comme une "victoire" morale était désastreux. (58)

Plusieurs militants de Grassroots ont également critiqué l’action, en partie en réponse aux autonomes. Trop de gens, ont-ils souligné, confondent encore la non-violence avec la légalité ou l’évitement du conflit. Il restait encore beaucoup de travail à faire pour développer des formes d’action non-violente imaginatives, flexibles, confrontées à l’État de manière active et directe, et pour articuler des processus de prise de décision qui ne reviennent pas facilement à des forums de politique de pouvoir. (59) Néanmoins, le système de formation à la non-violence, les groupes d’affinité, le conseil des orateurs et le processus de consensus ont fourni un modèle que les groupes Grassroots ont continué à développer, et qui a été largement utilisé dans les actions antinucléaires et antimilitaristes au cours des années suivantes.

CRITIQUE DES VERTS

Dans une critique de l’occupation de Gorleben, les groupes autonomes ont fait valoir que l’adhésion à la non-violence réduisait l’action à un outil de politique électorale. Les organisateurs, selon eux, voulaient utiliser une occupation non-violente pour améliorer l’image des candidats antinucléaires lors des prochaines élections locales. Bien que cette affirmation ait une base factuelle dans les déclarations de certains organisateurs locaux, elle déforme radicalement la position de la plupart des militants de la base en ce qui concerne la politique électorale. (60)

Depuis le début du réseau, la plupart des groupes de Grassroots ont toujours évité ou rejeté le soutien à toute approche parlementaire. Lors des élections générales de 1976, certains membres du réseau Grassroots ont soutenu des candidats écologistes présentés par un parti dissident. (61) La majorité des militants de Grassroots, cependant, n’a pas soutenu cette initiative, et GrasswurtzelRevolution et GA Freiburg ont appelé publiquement au boycott électoral. Non seulement, selon eux, les grands partis n’offraient aucun choix politique significatif, mais tout soutien au processus électoral ne faisait que créer de faux espoirs, car le parlement faisait partie intégrante de l’appareil d’État et ne pouvait pas être utilisé de manière significative pour saper la violence structurelle. (62)

Mais dès 1977, d’autres membres du mouvement antinucléaire ont commencé à se présenter aux élections locales sur des plateformes mettant l’accent sur l’écologie. Au cours des deux années suivantes, une série de groupes locaux et régionaux ont présenté des candidats sous des listes "vertes", "multicolores" et "alternatives" aux élections dans toute la RFA. Ces groupes comprenaient une série d’écologistes conservateurs et libéraux, des gauchistes non dogmatiques, des féministes, des groupes de solidarité avec le tiers-monde, des membres d’initiatives citoyennes et d’autres nouveaux mouvements sociaux, et de plus en plus à la fin des années 1970 d’anciens membres du Groupe K désillusionnés par la politique léniniste. En 1979-80, nombre de ces groupes se sont regroupés pour former le parti des Verts.

Les Verts présentaient une alternative très différente des partis traditionnels tels que le SPD. Contrairement aux grands partis, les Verts ont adopté de nombreuses positions partagées par les groupes de la base, comme le désarmement unilatéral et la fin immédiate de l’énergie nucléaire. Ils prônent un changement radical vers une société décentralisée, collectiviste et écologique. (Au fur et à mesure que l’influence des conservateurs et des libéraux diminuait au sein du parti au début des années 1980, les programmes des Verts ont pris une orientation plus clairement socialiste). Ils ont adopté les principes de non-violence et de démocratie participative (Basisdemokratie) et ont tenté de créer des structures de parti qui minimiseraient la centralisation du pouvoir. Fortement enracinés dans les initiatives citoyennes et autres groupes d’activistes, les Verts prônent une "double stratégie" de travail parlementaire et extraparlementaire et prétendent être la voix des nouveaux mouvements sociaux au sein du Parlement. (63)

Pour la plupart des militants de la Grassroots, cependant, le choix de la voie électorale par les Verts restait une erreur fondamentale. Au début de l’année 1980, une "réunion de réseau de groupes d’action non-violente" a rédigé la troisième déclaration collective du réseau Grassroots, un document de position sur les Verts. La déclaration s’adresse aux Verts en termes amicaux, notant les points communs politiques entre les deux groupes et proposant une coopération sur une variété de campagnes de désobéissance civile. Mais la déclaration soulignait également les raisons pour lesquelles les groupes de la base refusaient de soutenir la candidature électorale des Verts. (64)

Plutôt que de renforcer le mouvement écologique, les groupes Grassroots ont affirmé que les Verts l’avaient affaibli en absorbant l’énergie de nombreux militants expérimentés. Les initiatives citoyennes, malgré un certain nombre de problèmes, avaient commencé à offrir des formes cruciales d’auto-organisation, dans lesquelles de nombreuses personnes prenaient l’action politique "entre leurs propres mains". Les Verts sapent ce processus en focalisant l’attention sur les élections et l’"activité de substitution" (Ersatzhandlung) de quelques mois plus tard, lors de l’occupation de Gorleben, les groupes de la base pointent du doigt l’initiative citoyenne de la région de Wendland, dont le souci du succès électoral accroît sa réticence à approuver la désobéissance civile.

Dans le même temps, la déclaration des Grassroots mettait les Verts au défi de renforcer et de mettre en pratique leur soutien déclaré à la non-violence. Selon eux, les Verts reflétaient deux utilisations erronées de l’action non-violente et du concept de non-violence : une tendance conservatrice à identifier la non-violence à la légalité et à la passivité, et une tendance gauchiste à considérer l’action non-violente de manière opportuniste comme une "phase" de la militarisation du mouvement. Ces deux tendances ont occulté le potentiel réel de l’action non-violente. (65)

Au cours des années suivantes, les groupes Grassroots et Verts ont souvent travaillé en étroite collaboration sur des campagnes locales et régionales. Mais de nombreux militants de la base ont continué à remettre en question l’engagement des Verts en faveur de l’action directe non-violente. (66) Certains militants des Grassroots refusent de voter par principe anarchiste, bien que beaucoup d’autres aient voté pour les Verts et aient soutenu leurs politiques à court terme. Ils l’ont souvent fait avec beaucoup d’ambivalence. Comme l’a dit un militant de Grassroots (qui a voté pour les Verts) : "Je pense que ce qui va arriver aux Verts à long terme est clair. Ils vont (s’ils survivent) devenir quelque chose comme un SPD de gauche. Il n’y a pas d’autre solution. Si vous participez au système, vous devez vous y conformer, je pense. Vous ne pouvez pas fonder un parti et prétendre que vous ne voulez pas des caractéristiques d’un parti. C’est idiot. (67)

CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS DANS LE RÉSEAU DE BASE

GrasswurtzelRevolution, la publication centrale du réseau Grassroots, a connu un certain nombre de changements au cours des années 1970. La rédaction a été déplacée plusieurs fois : d’Augsbourg (1972-73) à Berlin-Ouest (1973-76), puis à Göttingen (1976-77), et enfin à Hambourg en 1977. La composition du collectif de rédaction change aussi fréquemment, surtout à partir de 1977. Alors que la revue avait d’abord paru de manière quelque peu irrégulière, au milieu des années 1970, elle a commencé à paraître régulièrement tous les deux mois, et dans les années 1980, la publication est passée à dix numéros par an. En 1978, le tirage s’est stabilisé à environ 4 500-4 800 exemplaires, où il est resté jusqu’à une hausse temporaire en 1982-83. La majorité des exemplaires étaient vendus par des groupes et des militants de la base dans un certain nombre de villes.

Jusqu’à la fin des années 1970, tout le travail pour le magazine n’était pas rémunéré. A plusieurs reprises, il a été difficile de trouver de nouvelles personnes pour y travailler. Plus tard, le magazine a embauché un employé à mi-temps, qui est passé progressivement à deux postes à temps plein.

Au cours des années 1978-80, les groupes Grassroots ont connu une série de débats prolongés sur l’organisation du réseau. De nombreux militants étaient frustrés par le manque général de coordination entre les différents groupes, mais ils n’étaient pas d’accord sur la manière de résoudre le problème. Certains voulaient créer une organisation dotée de canaux réguliers pour la prise de décisions au niveau national. D’autres soutiennent que le réseau doit rester une association libre de groupes locaux, avec une communication et une coopération plus fortes uniquement autour de projets et d’actions spécifiques d’intérêt régional ou national. Ils craignaient que l’organisation structurée ne soit un pas vers la hiérarchie institutionnelle. Au final, la majorité des militants impliqués dans les discussions a décidé de former une nouvelle organisation. Ils ont choisi le nom de "GrasswurtzelRevolution- Federation of Nonviolent Action Groups", et ont tenu la réunion fondatrice à Göttingen en novembre 1980. (69)

La FÖGA, comme on l’appelait, comprenait un certain nombre de groupes locaux (onze en 1981), des membres individuels, le magazine "GrasswurtzelRevolution" et le "Work Center" (Graswurzelwerkstatt) de Kassel (transféré plus tard à Göttingen). Le collectif national de formation et le KGW (Collectif de résistance non violente, voir chapitre suivant) se sont joints à eux en tant que projets affiliés. Les groupes locaux ont conservé leur autonomie d’action.

La FÖGA met également en place deux nouvelles structures nationales dotées d’un pouvoir de décision pour l’organisation : une réunion des militants (Bundestreffen), qui doit avoir lieu au moins une fois par an, et un conseil de coordination (Koordinationsrat, ou "Korat"), qui se réunit tous les deux mois. La participation à la réunion nationale était ouverte à tous les membres. Le Korat comprend des délégués de tous les groupes et projets membres, des délégués de la Werkstatt et de la "Grassroots Revolution", ainsi que des représentants des membres individuels de la FÖGA. Les deux organes travaillaient par consensus. Si l’assemblée nationale ne parvenait pas à un consensus sur une question, elle était habilitée à prendre des décisions à la majorité des voix, si 50 % des membres présents approuvaient la proposition et que pas plus de 15 % s’y opposaient. (70)

Tous les groupes de base ne rejoignent pas la FÖGA. Par exemple, le groupe de Berlin, dont la participation avait été essentielle à l’organisation de l’occupation de Gorleben, reste séparé (bien qu’il rejoigne la FÖGA en 1984). La communication et la coopération informelles se poursuivent au sein du réseau Grassroots élargi. Dans la pratique, l’existence de la FÖGA n’a pas radicalement changé la forme du réseau, et de nombreux militants ont eu l’impression qu’elle ne faisait que reprendre les problèmes antérieurs sous une forme différente. Cela s’est avéré utile dans les relations avec d’autres organisations, notamment au sein du mouvement pour la paix.

CONCLUSION

Étant donné que le réseau Grassroots, très décentralisé, a rarement pris des positions collectives publiquement, les occasions où il l’a fait semblent particulièrement significatives. Il y en a eu trois au cours de cette période : la lettre à la BUU proposant des lignes directrices pour la non-violence lors de grandes manifestations, le pamphlet de Göttingen sur la lutte armée et la répression étatique, et la prise de position sur les Verts. Dans ces trois cas, la Grassroots s’adresse à d’autres groupes de gauche : les manifestants "militants", la RAF et les Verts. De cette façon, l’implication dans les débats internes du mouvement antinucléaire et de la gauche a aidé le réseau Grassroots à clarifier sa propre position politique.

Dans le même temps, les groupes de la Grassroots ont tenté d’agir en tant que médiateurs entre différents groupes sociaux et politiques ; des visites aux bars pro-nucléaires de Wyhl aux efforts déployés pendant la campagne de Gorleben pour maintenir une large coalition entre les agriculteurs "militants" et conservateurs. Non seulement les militants de la Grassroots considéraient qu’une telle position de médiateur était stratégiquement importante, mais elle découlait aussi directement de l’importance qu’ils accordaient à la non-violence comme principe d’organisation et d’action.

Au cours des campagnes antinucléaires, les groupes de la Grassroots ont progressivement initié, pratiqué, affiné et diffusé une variété de formes d’action non-violente. En 1980, plusieurs milliers d’activistes à travers la RFA avaient pris part à des actions de désobéissance civile non-violente, un nombre qui augmenta rapidement au cours des années suivantes. La non-violence faisait encore l’objet de vifs débats au sein de la gauche, mais elle ne pouvait plus être considérée comme incompréhensible.

NOTES

1.) Saathoff, 40.
2.) Sur la base sociale du mouvement antinucléaire en RFA, voir Dorothy Nelkin et Michael Pollak, The Atom Besieged : Antinuclear Movements in France and Germany (Cambridge, Mass : The MIT Press, 1981) 105-112. Sur la tension ville-campagne, voir Dieter Halbach et Gerd Panzer, Zwischen Gorleben und Stadtleben (Berlin : AHDE- Verlag, 1980) 52-57.
3.) Saathoff, 84, 90.
4.) Cornelia Nath, Lettre à Günter Saathoff, 3 mars 1984, 4.
5.) Entretien avec Dieter Rau (Berlin-Ouest, 15 août 1985) ; Halbach et Panzer, 68-69.
6.) Grassroots Revolution 59 (octobre 1981),12-13 ; Saathoff, 164-70, 192-93.
7.) Dans The Atom Besieged, Nelkin et Pollak fournissent un compte rendu plus détaillé de l&#8217évolution du mouvement antinucléaire jusqu&#8217en 1979.
8.) Saathoff, 84-87.
9.) Gabi Walterspiel, "Wyhl : Platzbesetzung von innen beobachtet", GrasswurtzellRevolution 14/15 (mai 1975) 1.
10.) Saathoff, 88.
11.) Saathoff, 89.
12) Walterspiel, "Wyhl," 1. texte original : "[La peur d’une attaque de la police] a déclenché sur la place une agitation qui s’est traduite par de fausses alertes permanentes, des constructions de barricades, une peur exacerbée des informateurs, etc. Ce que l’on pouvait qualifier de comportement non-violent lors de la première occupation était désormais complètement inversé. En entrant sur la place, on avait l’impression de pénétrer dans une forteresse, considérée comme une propriété à défendre par tous les moyens. Le mégaphone devenait le porte-voix de ceux qui estimaient nécessaire de donner des ordres militaires...".
13) Nelkin and Pollak, 63.
14) Walterspiel, "Wyhl," 2.
15) Walterspiel, "Wyhl," 1.
16) Martin Hoffmann, "Wyhl, Wyhler, am Wyhlsten," Grassroots Revolution 16 (Summer 1975), 6.
17) Saathoff, 91-92.
18) "Le jeûne : un moyen de lutte ?", Graswurzelrevolution 29 (May or June 1977) 6-7.
19) Saathoff 235-37. L’activiste de la base Theo Hengesbach a représenté ce type de perspective dans son livre "Désobéissance civile et démocratie" (Kassel : 1979).
20) Saathoff, 237-38. La citation est tirée de Feldzüge, 30.
21.) Saathoff 237. "...souvenons-nous..." est cité par Graswurzelrevolution 20/21 (1976) 19.) "To the fascist.....is quoted from Graswurzelrevolution 18/19 (1976) 9.
22) Cornelia Nath, Letter to Günther Saathoff, 5.
23) Jan Stehn, "La non-violence entre les fronts", Graswurzelrevolution 29 (May or June, 1977) 4.
24) Nelkin et Pollak, 66-67.
25) Nonviolent Action Groups in the FRG, "Letter to the BUU and other opponents of nuclear energy," January 8, 1977. Publié dans INFO (January 1977).
26) Hajo Karbach, "Quand les objectifs sont fixés, le choix des moyens n’est plus arbitraire", Grassroots Revolution 29 (May or June 1977) 3 ; Jan Stehn, "Gewaltfreiheit zwischen den Fronten", Grassroots Revolution 29, 5.
27) Hajo Karbach, "Quand les objectifs...," 4 ; Jan Stehn, "Gewaltfreiheit.......5.
28) Hajo Karbach, "Gewaltfreie Besetzung in Grohnde," Graswurzelrevolution30/31 (Summer 1977) 2. texte original : "Finalement, le conflit peut aussi se résumer à la question de savoir d’où l’on attend la force décisive pour défendre l’occupation : des grandes villes ou des environs immédiats de la centrale nucléaire, d’une sous-culture scolaire et universitaire ou des femmes au foyer, des ouvriers et des paysans&#8220 ;

29) Bien que les membres de la RZ et du mouvement du 2 juin aient utilisé l’étiquette "anarchiste", les militants de la RAF n’ont pas été en mesure d’obtenir l’autorisation d’agir. Les militants de la RAF se considéraient comme des marxistes-léninistes et s’efforçaient d’éviter l’étiquette "anarchiste". Voir Michael Baumann, "Terror & Love ?&#8220 ; Rote Armee Fraktion, "Das Konzept Stadtguerilla," in Texte der RAF (Lund, 1977). Sur la distorsion du langage, voir Uwe Timm, "Nachhilfeunterricht fur einen Bundeskanzler," Graswurzelrevolution 14/15 (May 1975) 7 ; et Gewaltfreie Aktion Göttingen, Feldzüge für ein sauberes Deutschland (Göttingen, 1977) 9-11, 14-15.
30) Feldzüge, 33-34.
31) Cornelia Nath, Letter to Günther Saathoff, 7.
32) Wolfgang Hertle, "Grosse Koalition der rechten und "linke" ; Militaristen ?", Graswurzelrevolution 14/15 (May 1975) 8. See also Saathoff, 256.
33) Campagnes, 4.
34.) Campagnes, 16. texte original : "Si l’usage de la force doit être efficace, il ne peut pas être spontané et il sera bientôt tout sauf joyeux. Celui qui veut gagner une guerre doit effectivement devenir la machine à tuer ; froide et obéissante dont parlait Che Guevara. Dans la guerre, ce ne sont pas le droit, la vérité et la chance qui gagnent, mais les armes, la discipline et la dureté. La violence n’est jamais antiautoritaire".
35) Campagnes, 4.
36) Campagnes, 11.
37.) Campagnes, 20. Texte original : "Pour nous, la conséquence de ces crimes est de tout faire pour ne pas nous retrouver dans des situations où nous agissons en maîtres de la vie et de la mort .... C’est une source de notre refus de la violence, et notamment de la violence d’État".
38) Campagnes, 13. Texte original : "La supériorité de l’anarchisme sur les autres théories politiques découle pour nous du fait qu’il ne peut pas y avoir de camps de concentration anarchistes".
39) Similarly, the Right has repeatedly suggested that any political action outside the narrow channels of parliamentarianism—such as citizen initiatives or other social movements—is "fascist". Avec la croissance du mouvement pacifiste et des Verts au début des années 1980, des groupes néo-droitistes en France et des publications libérales aux États-Unis, comme New Republic et The New Yorker, se sont joints à cet effort de propagande. Voir John Ely, "The Greens : Ecology and the Promise of Radical Democracy", Radical America, vol. 17.1 (1983) 31-33 ; John Gott ; "The Every Day Struggle for History Free Press Brown-Baiting of the Greens and the West German Peace Movement" Unpublished paper.
40) Bernd Clever, Ökologie und strukturelle Gewalt," Graswurzelrevolution 16 (1975) 3-4 ; Saathoff, 214-16.
41) Voir George Woodcock, "Anarchism and Ecology", The Ecologist, 43 (mars/avril 1974). L’article de Woodcock a été traduit par terview with Dieter Rau ; Saathoff ; 108-9.
50.) Halbach and Panzer, 75-82 ; Saathoff, 107-18,
51.) Entretien avec Dieter Rau ; Saathoff, 113-14.
52.) Halbach et Panzer, 152-63 ; Saathoff, 114-17.
53.) Entretien avec Dieter Rau.
54.) Entretien avec Dieter Rau. Le manuel de Gorleben ("Gorleben Handbuch für Trainings zur Besetzung der Bohrstelle 1004") a été publié par les Training Collectives for Nonviolent Action en avril 1980. Une édition révisée a été publiée en octobre 1983.
55.) Voir le Gorleben-Handbook, 20-28.
56.) Halbach et Panzer, 163 ; "Turm und Dorf könnt Ihr zerstören, aber nicht die Kraft, die es schuf", Graswurzelrevolution 49 (été 1980) 5-6.
57.) " Turm und Dorf ", 5-7.
58.) Grassroots Revolution a publié des extraits d’une critique autonomiste hambourgeoise de l’occupation de Gorleben : " Widersprüche und Fragen zur Besetzung und Räumung von 1004 ", Graswurzelrevolution 50 (octobre/novembre 1980) 23-26. Voir aussi Halbach et Panzer, 164-176 ; "Turm und Dorf", 5, 9-10.
59.) "Turm und Dorf", 8-13.
60.) „Widersprüche und Fragen" Grassroots Revolution 50 (1980) 24.
61.) Le parti était le Comité d’action des Allemands indépendants (AUD), l’un des groupes qui a contribué plus tard à la formation du Parti vert. Voir Fritjof Capra et Charlene Spretnak, Green Politics (New York : E.P. Dutton, Inc., 1984) 15.
62.) Saathoff, 32-33, 261-62.
63.) En RFA, la littérature sur les Verts est abondante. La meilleure étude en anglais que je connaisse sur les Verts est Ehm Papadakis, The Green Movernent in West Germany (New York : St. Martin’s Press, 1984). Le livre de Papadakis ne couvre que la période allant jusqu’à 1983. Voir également Fritjof Capra et Charlene Spretnak, Green Politics (New York : E.P. Dutton, Inc., 1984). Phil Hill a présenté une bonne analyse des conflits intra-partis dans son article "The Crisis of the Greens" Socialist Politics, numéro 4 (automne/hiver 1985). Une version abrégée de l’article de Hill a été publiée dans Radical America, 19.5 (1985). Voir également Carl Boggs, "The Greens, Anti-Militarism and the Global Crisis," ; et John Ely, "The Greens : Ecology and the Promise of Radical Democracy", tous deux dans Radical America, 17.1 (1983).
64.) "Stellungnahme des Netzwerktreffens gewaltfreier Aktionsgruppen zu den "Grünen" ; (Bunten/Alternativen)", INFO 51 (janvier/février 1980).
65.) "Stellungnahme".
66.) Entretien avec Ulrich Wohland (Heidelberg, 26 juillet 1985).
67.) Entretien avec Bernhard Willeke (Hanovre, 23 juin 1985). Citation originale : "Ich denke es ist klar, was mit den Grünen passiert, langfristig. Sie werden (falls sie sich halten) so was wie eine linke SPD werden. Il n’y a rien d’autre à faire. Je pense que celui qui s’est engagé dans le système peut aussi le contourner. On ne peut pas fonder un parti, avec pour objectif de ne pas créer d’emplois au sein du parti. Das ist idiotisch."
68.) Saathoff, 183-85.
69.) Donna Wetter [Pseudonyme ?], "Gründung der Graswurzelföderation", Graswurzelrevolution 59 (automne 1981) 12f.
70.) "Graswurzelrevolution" Föderation Gewaltfreier Aktionsgruppen, Arbeitsrichtlinien" (Directives de travail), édition de mai 1985.


Dans la même rubrique

0 | 5

Présentation
on 24 May 2022
by ps
Introduction
on 24 May 2022
by ps