Introduction Allemagne de l’Est 1953

, par  . , popularité : 10%

Introduction

II est trompeur, a affirmé le théologien luthérien Helmut Thielicke, de supposer que parce que la technique d’action non violente de Gandhi s’est montrée efficace en Inde, elle peut s’appliquer au conflit Est-Ouest. Toute décision de principe, dit Thielicke, doit dépendre de la situation dans laquelle elle est prise. « La situation de Gandhi était essentiellement celle d’un homme confronté à un gouvernement démocratique, respectueux des prescriptions de la loi ». La résistance non violente ne pourrait réussir que contre un adversaire « qui éprouve au moins un certain respect pour le sens chevaleresque et qui permet à sa conscience d’exercer une certaine influence sur ses actions ») [1]

« Ravager comme une bête de proie un troupeau de vaches sacrées est intolérable à toute conscience humaine ; et la capitulation plutôt que de commettre un acte intolérable était le but vers lequel la stratégie psychologique de Gandhi poussait ses adversaires. II les rendait impuissants grâce à leurs propres vertus.

« C’est là ce qui fait paraître plus que douteux que les principes de Gandhi puissent être appliqués au conflit Est- Ouest, car la question se pose de savoir si un adversaire combattant au nom du marxisme-léninisme réagirait de même façon, et si ce type de spéculation psychologique ne serait pas complètement déplacé. En dehors même du mépris général de la vie humaine dont cette famille idéologique est coutumière, l’éthique bolchévique réussirait toujours à justifier les actes de violence même extrêmes et unilatéraux en faisant référence au but ultime : la révolution mondiale et un ordre social idéal...

« Essayer d’utiliser l’inspiration gandhienne pour apporter une solution chrétienne au problème nucléaire... est une tentative vaine employant des moyens futiles. » [2]

Ce jugement se base, au moins en partie, sur une interprétation trop limitée des « principes gandhiens » et des ressorts de l’action non violente. Thielicke voit la technique de résistance de Gandhi comme une « stratégie psychologique », un appel moral lancé à l’adversaire, comme le montre sa comparaison de la bête de proie attaquant un troupeau de vaches sacrées. Cette analogie est-elle apte à décrire l’effet produit sur un gouvernement par des formes de non-coopération telles que les boycotts ou les grèves générales ? Thoreau, le premier théoricien de la désobéissance civile, a usé d’un terme de physique pour décrire cet effet ; pour lui, la désobéissance civile agit comme une « contre-friction tendant à arrêter la machine. »
 [3]
Gene Sharp a creusé cette approche. S’appuyant sur l’expérience historique et l’opinion d’éminents spécialistes des sciences politiques, il affirme que la puissance d’un dirigeant dépend de la collaboration et de l’obéissance de ses sujets. Le dirigeant ne tire pas son pouvoir de lui même, mais bien de facteurs qui lui sont extérieurs. Sa position sera menacée si la non-collaboration le prive de son autorité sur l’économie, les forces armées et l’administration.

« Si le refus (de collaboration) peut se maintenir malgré des sanctions variées, alors la fin du régime est en vue. » [4]

Lorsqu’on examine les possibilités d’une résistance non violente contre des régimes communistes, il faut tenir compte de cette théorie de la paralysie du gouvernement par la non-collaboration aussi bien que de facteurs psychologiques.

Les exemples historiques de résistance non violente organisée à des régimes communistes sont peu nombreux et très espacés dans le temps ; on manque de documentation à leur sujet et ils sont difficiles à interpréter. Le soulèvement est-allemand de 1953, les grèves au camp de concentration de Vorkuta la même année, et l’utilisation plus limitée de techniques non violentes durant la révolution hongroise de 1956 en sont les meilleurs exemples. [5]
 [6]
Ces luttes de résistance ne purent atteindre leurs objectifs principaux. Les dirigeants communistes parvinrent à tenir leurs positions, et les opprimés ne s’aventurèrent pas une seconde fois à se soulever ouvertement contre le régime.

Cependant, il serait sommaire de conclure que la résistance non violente contre les régimes communistes ne peut qu’échouer. II est déjà significatif qu’une action de masse totalement ou partiellement non violente se soit produite dans des Etats communistes. Les experts spécialisés dans l’étude de la résistance antinazie déniaient avec emphase la simple possibilité d’une telle résistance, juste avant le soulèvement de 1953 en Allemagne de l’Est.
 [7] L’analyse de ces luttes qui, même si elles ont fini par échouer, ont fait entrevoir la victoire à l’un ou l’autre moment, nous aiderait à montrer comment des campagnes non violentes contre une régime communiste pourraient être organisées avec succès. Comme il existe peu de rapports sur les grèves de Vorkuta, [8]
et que des méthodes aussi bien violentes que non violentes furent abondamment mises en œuvre au cours de la révolution hongroise [9]d des 16 et 17 juin 1953 qui mérite le plus examen. On trouve de nombreuses relations de ce soulèvement, au cours duquel la violence ne fut utilisée que sporadiquement.

la suite

[1Helmut Thielicke, 2 Theologische Ethik », vol. II, 2e partie,
Ethik des Politischen », Tübingen, Mohr, 1958, pp. 638 640. Bien qu’essentiellement Thielicke ait raison à propos de la situation de Gandhi, la sévérité de la colonisation britannique en Inde tend à être sous estimée

[2ibidem, p.640

[3Henry David Thoreau, • La désobéissance civile » ( On the Duty of Civil Disobedience », 1849), Paris, Pauvert, 1967, p. 74. Comme Gene Sharp l’a fait remarquer dans son introduction à une édition de cet essai publiée par « Peace News y en 1963, il était à l’origine intitulé « Résistance au gouvernement civil » et le terme « désobéissance civile » n’apparaît pas dans le texte. Une nouvelle traduction a paru dans « Combat non violent » n52, 53 et 54, 1974 (voir p. 17

[4Gene Sharp, « Facing Totalitarianism without War » (« Affronter le totalitarisme sans recourir à la guerre n), in Ted Dunn e.a., « Alternatives to War and Violence : A Search », Londres, lames Clarke, 1963, p. 139

[5Ces cas ont été étudiés par des partisans de la résistance nonviolente. Voir Mulford Q. Sibley e.a., « The Quiet Battle : Writings on the Theory and Practice of Non Violent Resistance », New York, Doubleday, 1963, pp. 117, 132 134 et 187 204 ; Gene Sharp, « Creative Conflict in Politics », Housmans, 1962, pp. 4 5 ; et William Robert Miller, « Nonviolence : A Christian Interpretation N, New York, Association Press, 1964, et Londres, Allen and Unwin, 1965, pp. 349 366.

[6Cette étude date de 1967, soit avant l’invasion de la Tchécoslovaquie d’août 1968 (NDT).

[7Des historiens comme Gerhard Ritter, auteur d’une b ographie de Goerdeler, et Walter Gôrlitz, auteur d’une biographie d Hitler, affirmèrent lors d’une conférence de l’Académie Evangélique. la semaine précédant le soulèvement, qu’il ne pouvait y avoir de mouvement populaire contre une tyrannie moderne. Joachim G. Leithéuser. • Der Aufstand im Juni : Ein dokumentarischer Bericht n, Berlin, Grunewald Verlag, 1954, p. 21.

[8Voir Joseph Scholmer, « Volkuta », trad. Robert Kee, Weidenfeld and Nicolson, 1954. (Publié également par Holt, New York, 1955). Les chapitres qui concernent la grève sont repris dans Sibley e.a., The Quiet Battle Y, pp. 188 204.

[9Au point de vue du rôle de la résistance non violente dans la révolution hongroise, la fraternisation des rebelles avec les troupes russes et la grève générale qui suivit la défaite du soulèvement armé, méritent une attention particulière. Pour une bibliographie détaillée, vor Paul E. Zinner, « Revolution in Hungary », New York, Columbia University Press, 1962, pp. 365 370. Voir aussi William Griffith, = The Revolt Reconsidered u, « East Europe u, vol. 9, n° 7, New York, juin 1960.
, c’est probablement le soulèvement est-alleman

Brèves Toutes les brèves