La vie et l’oeuvre de l’anarchiste Omar Aziz, son impact sur l’auto-organisation dans la révolution syrienne.

, par  ANV2 , popularité : 5%

Omar Aziz (affectueusement connu par ses amis comme Abu Kamal est né à Damas. Il revint en Syrie dès les tous premiers jours de la révolution syrienne après un exil en Arabie Saoudite et aux Etats-Unis. Intellectuel, économiste, anarchiste, mari et père, il s’engagea de lui-même dans la lutte révolutionnaire à l’âge de 63 ans. Il travailla avec des activistes locaux pour collecter l’aide
humanitaire et la distribuer dans les banlieues de Damas attaquées par le régime. Au travers de ses écrits et de son activité, il fit la promotion de l’auto-gouvernance, l’organisation horizontale, la coopération, la solidarité et l’entraide mutuelle comme moyens par lesquels les gens s’émanciperaient eux-même de la tyrannie de l’Etat. Avec des camarades, Aziz fonda le premier comité local à Barzeh, Damas.

Cet exemple se propagea dans toute la Syrie et avec lui, certains des plus récents et prometteurs exemples d’une auto-organisation non-hiérarchique à avoir
émergé dans les régions du printemps arabe.
Dans son hommage à Omar Aziz, Budour Hassan déclara qu’il « ne portait pas de masque de Vendetta, et il n’a pas formé des groupes de Black Block. Il n’était pas obsédé par le fait de donner des interviews à la presse, et il n’a pas fait les gros titres des médias lors de son arrestation … [et]

À une époque où la plupart des anti-impérialistes hurlaient sur l’effondrement de l’Etat syrien et le « détournement » d’une révolution qu’ils n’ont jamais soutenu, en premier lieu, Aziz et ses camarades ont lutté inlassablement en faveur de la liberté inconditionnelle contre toutes les formes de despotisme et d’hégémonie étatique. » [Budour Hassan, ‘Omar Aziz : Rest in Power’, 20
February 2013]

PDF - 75.8 ko