« Bommi »

, par  . , popularité : 18%

« Bommi »

25e chronique d’André, sur la Clé des ondes à Bordeaux, lors de l’émission radio Achaïra, le 18 octobre 2010

Michael « Bommi » Baumann, Passages à l’acte –
Violence politique dans le Berlin des années soixante-dix,
Nautilus, 2008

Ces temps-ci, la préoccupation de tout un chacun, c’est la réforme de la retraite des travailleurs. Manif après manif, on marche dans les rues, on bloque, on crie sur tous les tons, on rêve de grève générale. Pourtant, il fut un temps où certains jeunes travailleurs n’imaginaient même pas un seul instant qu’ils parviendraient à atteindre cet âge sans travail obligé.

Le livre de Michael « Bommi » Baumann − dont je voudrais vous parler ce soir − en est le témoignage. Nous sommes dans les années 1960-70 − Eh oui, ça fait le demi-siècle !

Nous sommes à Berlin. C’est l’histoire d’un jeune apprenti berlinois − c’est la première génération de l’après-guerre −, apprenti qui devint ouvrier contestataire et qui bascula dans l’action politique violente.

Après quelques années ponctuées d’attentats, de bombes ici et là, et de morts − des deux côtés −, Bommi décide d’abandonner le terrorisme, de « jeter le flingue » comme il le dit, et de disparaître de la vie militante. Pour autant, il n’est pas devenu pacifiste. Ce livre est une réflexion d’une grande lucidité sur les limites de la violence armée. Ce n’est en rien un reniement.

Ce revirement, qui a pu être vu par certains de ses anciens camarades comme une trahison − « Moi aussi, ils m’ont menacé », écrit-il −, doit être compris comme « un appel à se tourner vers une conception plus constructive, un appel à s’ouvrir à des connaissances et des expériences nouvelles permettant de préserver la vie… » (p. 14).

Les motivations de Bommi :

« Si j’ai écrit ce livre − aussi honnêtement que possible −, c’est que je crois que tout le monde a besoin de réfléchir à ce qui s’est passé et à ce qui aurait pu se passer. C’est aussi une contribution, un effort aussi sincère et autocritique que possible pour tenter de débloquer la situation. Même si ça doit gêner des tas de gens, car il y a beaucoup de choses dans ce livre qui vont être très mal prises. » (p. 177)

« Toutes ces années durant, l’essentiel pour moi était de créer des valeurs humaines qui n’existent pas dans cette société capitaliste et qui ont disparu de toute l’Europe ainsi que de toutes les civilisations occidentales, car les machines les ont éliminées. L’objectif, c’est de les redécouvrir et de permettre leur renaissance. Ça implique de se comporter comme une sorte de prophète, comme quelqu’un qui porte en lui la nouvelle société − si elle est possible. C’est une méthode plus valable que celle qui consiste à lancer des bombes car celle-là fait émerger les mêmes figures de haine rigides qui en fin de compte détiennent, de nouveau, le pouvoir. En fait, Staline était un type exactement dans notre genre, l’un des rares qui ait réussi ; on connaît le résultat, une oppression encore pire. » (p. 175)

Qu’est-ce qui a fait basculer Bommi dans le terrorisme ? Il s’en explique un peu, faisant la distinction entre les motivations des intellectuels et leurs raisonnements abstraits et les siennes plus affectives et concrètes. Il écrit :

« La décision de se lancer dans le terrorisme est prédéterminée par la psychisme. Je peux m’en rendre compte aujourd’hui pour mon cas personnel : c’est tout simplement une peur de l’amour. On fuit devant l’amour pour se réfugier dans une sorte de violence absolue. Si j’avais vraiment fait, autrefois, l’expérience de l’amour dans toutes ses dimensions, je n’aurais pas fait ce que j’ai fait. » (p. 173)

Il écrit encore quand il s’engage dans le Mouvement du 2 juin :
« Pour ma part, j’étais persuadé que ça allait échouer et que ça ne pouvait déboucher que sur une catastrophe. C’est donc uniquement par solidarité que je m’y suis mis… » (p. 131)

Ces jeunes ont-ils été manipulés par la police ?

« Dans le temps, Urbach [indic et provocateur] nous avait déjà procuré des armes, ce qui revient à dire que c’est le Verfassungsschutz [sorte de Renseignements généraux] qui a fourni ces armes qui ont servi plus tard à abattre des flics. […] C’est vraiment déconcertant. Au fond, on n’avait pas pigé qu’on n’était que des marionnettes dans ce mécanisme. Si c’est eux qui nous mettent les armes dans les mains, c’est que ça les intéresse qu’on s’en serve. Personne n’a encore sérieusement réfléchi à ce problème, personne sauf les groupes qui, pour justifier leur propre politique, voient en nous des mecs frayant la voie au fascisme.

« Un homme comme Nollau [ancien chef d’un service de renseignement] affirmait, par exemple, dès 1966, qu’il faudrait soutenir tous les groupes maoïstes, et que ça devrait être l’une des tâches essentielles du Verfassungsschutz. Ils nous filent des armes pour qu’on flingue leurs propres hommes. Encore aujourd’hui, notre rôle dans le jeu n’est pas très clair pour moi. Ça se passe différemment s’il s’agit d’un mouvement révolutionnaire vraiment autonome. Mais, en tout cas, pour une raison ou pour une autre, les flics tiennent vachement à ce qu’on entre dans ce jeu. Il faudrait poursuivre cette réflexion, la prendre comme fil directeur… », écrit-il encore. (p. 146)

Récupération ?

« La guérilla a échoué dans les métropoles parce qu’on n’a pas été capables de maintenir intacte la nouvelle qualité des rapports humains. Adversaires de l’appareil d’État, on a fini par lui ressembler. Cette saloperie te récupère toujours d’une façon ou d’une autre. » (p. 168)

« Avec des gens extérieurs au groupe, il n’y a plus que des rapports intéressés ; […] On fonctionne comme l’appareil d’État qu’on combat et, en fin de compte, c’est lui qui nous récupère d’une certaine manière. » (p. 170)

L’expérience d’être armé…

« On cultive chez soi les instincts de fauve et on finit par ressembler à un type sorti d’un film de gangsters. Au fond, n’importe quel regard un peu aiguisé pourrait nous démasquer. C’est de la folie de se trimbaler constamment avec un flingue. Un type enfouraillé transfère son centre de gravité sur son arme, et ses gestes s’adaptent aux mouvements lui permettant de sortir son flingue à tout moment. Aujourd’hui, je peux dire si un mec porte un flingue et l’endroit où il le porte, rien qu’en regardant sa façon de marcher. » (p. 169)

Avoir fait « sauter » les travailleurs :

« Leur plus grande connerie [à la Fraction armée rouge qu’il critique], c’est, bien entendu, d’avoir fait sauter les travailleurs de chez Springer [Oui, il y eut une trentaine de blessés ouvriers lors de ces attentats, dont certains grièvement]. Le grand revirement, c’est-à-dire la chute complète, date de ça : à partir de ce moment-là les gens ont cessé de les soutenir. » (p. 170)

Oui, une des leçons à retenir, me semble-t-il, quand on se lance dans l’action − mais il y a d’autres leçons à retenir −, c’est de ne pas se mettre à dos l’opinion.

Bonsoir !

Brèves Toutes les brèves