1/4 Lire la suite ...
Histoire et dynamique des mouvements non-violents en France

Je distingue 4 lignées principales dans l’histoire du mouvement non-violent en France.

- La lignée religieuse, chrétienne, dès la première guerre mondiale et l’objection de conscience, avec les Quakers, qui sont toujours aujourd’hui actifs contre le salon de l’armement...

2/4 Lire la suite ...
Non-violence dans la révolution syrienne

Textes présentés par Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer.
Pour se le procurer cliquer ici

« Ahmed Zaino, architecte de 27 ans, se rappelle avec beaucoup de plaisir la fois où un ami et lui ont déversé dans les rues de Damas des balles de ping-pong orange sur lesquelles était écrit...

3/4 Lire la suite ...
Le boycott, moyen de lutte multiforme De Lysistrata au BDS

André Bernard avec la coopération de Geneviève Coudrais et de Nicole Lefeuvre

Les Éditions libertaires Collection Désobéissances libertaires février 2018, 76 p. \€
Pour se le procurer cliquer ici

L’idée et la pratique du boycott traversent l’Histoire sous diverses...

4/4 Lire la suite ...
Service militaire ? Objection !

Vient de paraître :

CIVILS, IRREDUCTIBLEMENT !

Pour se le procurer cliquer ici

« Les lits sont mal faits », morigène le directeur. Où sommes-nous ? À l’armée, au pensionnat, en colonie de vacances, en prison ?

En fait, il s’agit du directeur...

I’ve Been to the Mountaintop
par ANV2
Article mis en ligne le 3 avril 2018
dernière modification le 4 avril 2018
Rubrique : Martin Luther King

Prononcé le 3 Avril 1968, au Mason Temple (Church of God in Christ Headquarters), Memphis, Tennessee, le lendemain il était tué.

Texte en anglais

Quelque chose est en train de se passer dans notre monde. Des masses de gens sont en train de se lever. Et où qu’ils se rassemblent aujourd’hui, qu’ils soient à Johannesburg, en Afrique du sud ; à Nairobi au, Kenya ; à Accra au Ghana ; à New York City ; en Atlanta en Georgia ; (...)

Sylvie Laurent
par ANV2
Article mis en ligne le 3 avril 2018
Rubrique : Martin Luther King

Le 4 avril 1968, Martin Luther King était assassiné à Memphis par un partisan de la ségrégation raciale. Cinquante ans plus tard, l’histoire officielle retient l’image du pasteur noir luttant pour les droits civiques, du patriote œuvrant pour la réconciliation nationale. Mais (...)

Barthélemy DE LIGT
par ANV2
Article mis en ligne le 22 février 2018
Rubrique : Histoire de la non-violence anarchiste

Discours tenu à la conférence triannuelle de la War Resisters International (W.R.I, Internationale des Résistants à la Guerre) 23-27 juillet 1937 à Copenhague.

Le point de vue de la W. R. I.

Chers camarades ! Il v a trois ans, lors de la Conférence Internationale de la W.R.I. à Welwyn, notre ami Fenner Brockway ouvrit une discussion sur « le pacifisme et la guerre de classes », qui par les tragiques événements d’Espagne a retrouvé de (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 22 février 2018
dernière modification le 7 mars 2018
Rubrique : France

]e refuse de tuer Ie père d’aucun enfant ;

d’égorger le fils d’aucune mère ;

d’assassiner le frère, l’amant ou le compagnon d’aucune femme ;

de massacrer de près ou de loin et d’appeler ça « la gloire » ; .

de déchirer ’la chair avec les (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 1er février 2018
Rubrique : EUROPE

Lors du soulèvement de Pâques 1916 2, Sheehy-Skeffington s’opposa aux insurgés, plaidant pour des formes non-violentes de désobéissance civile,

Origine : La raison -février 2018- Organe de la Libre pensée

Francis Skeffington naquit le 23 décembre 1878 à Bailieborough, Comté de Cavan. Elevé dans la foi catholique romaine, éduqué d’abord par son père, inspecteur d’éducation, il rejoindra ensuite University College, un établissement tenu par les Jésuites à St Stephen’s Green, à (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 30 janvier 2018
Rubrique : Israël-Palestine

Voici la déclaration de désertion d’un jeune israélien, traduite en français par le site anarchiste Non Fides. [1]

Udi Segal, jeune israélien de 19 ans, devait démarrer son service militaire le lundi 28 juillet 2014. Malgré la loi l’obligeant, comme la plupart des israéliens juifs de son âge, à rejoindre l’armée après le lycée, Udi a refusé. Il est ce que l’on appelle un refuznik (en hébreu sarvan, de sirev : « il a refusé »), comme ces autres jeunes qui refusent de servir dans Tsahal. Certains de ces soldats refusent notamment de servir dans les territoires palestiniens occupés, d’autres refusent tout simplement d’être incorporés, comme c’est le cas d’Udi.

En 2005, on comptait plus d’un millier de refuzniks dans un pays de huit millions d’habitants, rongé par un état de guerre perpétuel et le patriotisme qui en découle automatiquement, et qui aimerait diviser la société israélienne en deux camps : les patriotes et les traitres nationaux, les « traitres nationaux » étant ultra-minoritaires et très mal perçus.

Il est difficile pour nous qui vivons au cœur de l’Europe pacifiée, de comprendre ce climat, qui en Israël comme en Palestine, exhorte chaque individu au nationalisme grégaire, jusqu’à réussir à l’inscrire dans l’ADN social. Il en va de notre responsabilité, en tant qu’anarchistes et anationalistes, de diffuser la parole et les actes de ceux qui refusent ces logiques de mort, d’un côté de la frontière comme de l’autre. Surtout lorsque les espaces de contestation sont généralement eux aussi contaminés par ce climat [1].

Nous vous proposons donc cette déclaration d’Udi, à qui nous souhaitons force, courage et détermination pour la suite, pour en finir avec le nationalisme et le patriotisme.

- Présentation rédigée par le site Non-Fides

Je m’appelle Udi Segal, j’ai 19 ans, je viens du Kibbutz Tuval au nord d’Israel, il y a quelques mois j’ai signé la lettre des objecteurs de conscience 2014 qui fut envoyée au premier ministre, à ce jour, elle a été signée par 130 déserteurs. Dans la lettre nous (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 30 janvier 2018
Rubrique : Israël-Palestine

Beau livre émouvant de vérité disparate, document argumentaire donnant à voir des trajectoires individuelles aux motivations multiples et singulières. Pour ne rien gâter, la présentation typographique est agréable avec des photographies en couleurs pleine page ; l’auteur, Martin Barzilai, (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 19 janvier 2018
Rubrique : Israël-Palestine
Thomas Hastié
par ANV2
Article mis en ligne le 9 janvier 2018
Rubrique : Histoire de la non-violence anarchiste

Publié le 9 décembre 2017 par André Bernard sur son site
De la désobéissance libertaire

Camarades,

Êtes-vous un homme qui pense ? Je veux dire un de ces hommes très rares qui pensent par eux-mêmes et non pas de ceux qui trouvent leurs opinions toutes faites dans leur journal. Si vous êtes des derniers, ne lisez pas ceci, c’est pour allumer votre pipe.

Vous lisez encore ? (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 8 janvier 2018
dernière modification le 8 février 2018
Rubrique : Collection Désobéissance Libertaire

Liminaire (- 2017)

Présentation (Sylvie Knoerr-Saulière - 2017)

Objecteurs de conscience français, 1964-2001

Brignoles (Ambroise Monod - 2017).

« Le camp de Brignoles » (Cahier vert, extraits).

Construction du cantonnement (Cahier vert, extrait)

À l’origine des Lettres de Brignoles (...)

par ANV2
Article mis en ligne le 29 décembre 2017
Rubrique : Israël-Palestine

Article paru dans Médiapart

Et si les déclarations de Donald Trump ne constituaient pas le terreau pour une explosion de violences, mais plutôt pour l’émergence d’un mouvement de résistance pacifique depuis la base de la société palestinienne ? Depuis que le président américain a reconnu Jérusalem comme (...)



















Quelque chose est en train de se passer dans notre monde. Des masses de gens sont en train de se lever. Et où qu’ils se rassemblent aujourd’hui, qu’ils soient à Johannesburg, en Afrique du sud ; à Nairobi au, Kenya ; à Accra au Ghana ; à New York City ; en Atlanta en Georgia ; à Jacksonau Mississippi ; ou ici Memphisau Tennessee, leur cri est toujours le même « Nous voulons être libre ».

Une autre raison pour laquelle je suis heureux de vivre en ce moment c’est que nous sommes arrivés à un point ou nous allons devoir prendre à bras le corps les problèmes que les hommes ont du affronter au cours de leur histoire mais qu’ils n’ont jamais été obligés de résoudre.

Pour survivre nous devrons nous y affronter à notre tour. Les hommes, depuis des années on parlé de guerre et de paix. Mais il n’est plus possible de juste parler de cela. Ce n’est plus la question de choisir entre violence et non-violence dans ce monde, la question est celle là : non-violence ou disparition. C’est là où nous en sommes arrivés aujourd’hui

Dans la révolution des droits civiques, si quelque chose n’ait pas été fait ou fait rapidement comme amener les peuples colorés du monde entier hors de leurs longues années de pauvreté, de leur longues années de souffrance et d’oubli, alors le monde entier est maudit.

Je peux me souvenir du temps où les nègres tournaient en rond, se grattant quand ça ne les démangeait pas, rigolant quand il n’y avait rien à rire. Ce jour est passé. Nous avons à faire maintenant et nous sommes déterminé à obtenir notre juste place dans le monde de Dieu.

C’est là toute la question. Nous ne nous engageons pas dans une manifestation négative comme dans aucune discussion négative avec qui que ce soit. Nous parlons. Nous parlons parce que nous sommes les enfants de Dieu. Et puisque nous sommes ses enfants nous ne sommes pas forcé de vivre comme cela.

Aujourd’hui, que veut dire tout cela à cette grande période de notre histoire. Cela signifie que nous devons rester unis. Nous devons rester ensemble et conserver cette unité. Rappelez vous, quand Pharaon voulu prolonger le temps de l’esclavage en Egypte, il eut une formule, une façon favorite .Qu’est ce que c’était ? Il fit se battre les esclaves entre eux. Mais quand les esclaves s unifièrent quelque chose se passa à la cour du Pharaon et il ne put garder les esclaves en esclavage. Quand les esclaves se rassemblent c’est le début de la fin de l’esclavage. Aujourd’hui restons unis :

Ensuite laissons les problèmes là où ils sont. Le problème c’est l’injustice. Le problème est le refus de la ville de Memphis d’être correcte et honnête dans les négociations avec ses employés, qui sont cette fois les éboueurs. Nous devons faire attention à cela. Il y a la question d’un peu de violence. Vous savez ce qui s’est passé l’autre jour et ce que la presse a fait du bris d’une vitrine. J’ai lu les articles. Peu d’entre eux ont mentionné que 1300 éboueurs sont en grève et que la ville de Memphis n’est pas correcte avec eux et que le Maire Loeb a un vrai besoin d’être soigné. Ils n’étaient pas concernés par ça.

Maintenant nous allons marcher encore, nous devons nous mettre à marcher une nouvelle fois, de façon à poser le problème où il doit être et obliger tout le monde à voir qu’il y a ici treize cent enfants de Dieu qui souffrent, certains ont faim, certains sont dans des nuits sombre et mornes, se demandant comment ils vont en sortir. Voilà le problème. Et nous devons le dire devant la nation. Nous savons que cela va devenir public. Car quand des persnnes sont convaincues que leur cause est juste et qu’elles sont prêtes à se sacrifier pour ça, elles ne s’arrêteront pas avant la victoire.

Aucune matraque ne pourra nous arrêter. Nous contrôlons notre mouvement non-violent afin de désarmer la police, ils ne savent pas quoi faire face à cela. Je l’ai vu très souvent. Je me souvient de Birmingham (Alabama) lors de cette majestueuse lutte, nous sortions de l’Église baptiste de la 16éme rue, jour après jour par centaines. Bull (le taureau ) Connor nous avait envoyé les chiens, ils étaient arrivés et nous avions continué à marcher en chantant « personne ne pourra nous arrêter »

Le jour suivant Bull Connor avait dit, branchons les tuyaux. Et comme je disais l’autre jour Connor ne connaît rien à rien, il croyait que son eau pouvait éteindre notre feu. Il y a une espèce de feu qu’aucune eau peut éteindre. Nous sommes allés vers les tuyaux, nous savions ce qu’était l’eau. Que nous soyons Baptistes ou autres de la même sorte, nous avons connus l’immersion, pour les Méthodistes et autres avons connus l’aspersion. Rien ne pouvait nous arrêter.

Nous allâmes vers les chiens, nous leur fîmes face, nous allâmes vers les tuyaux, nous leur fîmes face et nous avons continué en chantant. Alors nous avons été jeté dans les paniers à salade, nous y étions entassés comme des sardines dans une boite. Puis ils nous y ont enfermés et le vieux Bull a dit « emmenez les » et ils le firent, à l’intérieur nous nous mimes à chanter « we shall overcome ».

Depuis, quand nous allons en prison, nous voyons ces gardiens qui regardent par les fenêtres, être touchés par nos prières, nos paroles et nos chants. Il y a là une puissance que Bull Connor ne peut maîtriser, ainsi nous avons transformé Bull en un bœuf et nous avons gagné notre bataille à Birmingham. Aujourd’hui nous devons aller dans Memphis sans se poser d’autres questions. Je vous appelle à nous rejoindre lundi.

Maintenant l’autre chose que nous devons faire est celle là : Toujours lier notre action directe à la possibilité d’un retrait économique. Nous sommes des gens pauvres, individuellement. Nous sommes pauvres comparé à la société blanche américaine. Nous sommes pauvres. Ne nous arrêtons pas, n’oublions pas que collectivement, ce qui veut dire nous tous ensemble, collectivement nous sommes plus riches que toutes les nations du monde sauf neuf d’entre elles. Y avez vous jamais pensé ?

Si nous laissons de côté les USA, la Russie soviétique, la Grande-Bretagne, l’Allemagne de l’ouest, je pourrais en ajouter d’autres, la communauté noire américaine collectivement est plus riche en tant que telle que la plupart des nations du monde. Nous avons un revenu annuel de plus de trente milliard de dollars, ce qui est plus que la totalité des exportations américaines, et plus que le budget national du Canada. Saviez vous cela ? Il y a un pouvoir là, si nous savons comment le mobiliser.

Nous n’avons pas à discuter avec qui que ce soit. Nous n’avons pas à maudire qui que ce soit ni à mal à agir en paroles. Nous n’avons pas besoin de briques ou de bouteilles. Nous n’avons pas besoin de cocktails Molotov. Nous devons juste nous adresser à ces magasins, ou à ces grandes industries de notre pays et nous leur disons « Dieu nous envoie vous dire que vous ne traitez pas vos enfants correctement. Nous vous demandons de mettre au premier plan le traitement correct des enfants de Dieu. Maintenant si vous n’êtes pas prêt à faire cela vous serez obligés de suivre notre programme. Nous appellerons alors à vous retirer notre soutien économique.

En conséquence nous vous demandons ce soir d’aller dire à vos voisins de ne plus acheter de CocaCola dans Memphis. Dites leur de ne plus acheter le lait Sealtest. Dites leur de ne plus acheter ce pain , le Wonderbread ni le Hart bread. Comme Jesse Jackson le dit, jusqu’ici seuls les éboueurs ont eu de la peine, maintenant nous allons la faire partager à tout le monde. Nous avons choisi ces entreprises parce qu’elles ne sont pas correctes dans leur politique d’embauche. Nous les avons choisi parce qu’elles ont la possibilité de changer les choses et de faire pression sur le Maire pour qu’il fasse ce qui est juste.

Mais pas seulement ça, nous devons renforcer les institutions noires. Je vous dema,nde de retirer votre argent des banques de cette ville et de le mettre dans la Tri-State Bank. Faites aussi cela pour les assurances et les prêts. C’est ce que nous faisons au Southern Christian Leadership Conference.Il y a six ou sept compagnie d’assurance noires à Memphis. Mettez vos assurances là. Formons un assurance-in.

Voici les choses pratiques que nous pouvons faire. C’est le début de la construction d’une base économique. En même temps nous appuyons là où ça fait vraiment mal. Je vous demande de suivre ce chemin.

Publications

Face à la guerre, 2017

Éditions libertaires

Il faudra bien s’appesantir sur ces termes : (...)

Mémoires sans frontières : d’un pays l’autre, 1907-2017, 2017

Éditions libertaires

Transmettre la mémoire d’une famille réduite (...)

Un autre anarchisme est possible,

Il faut savoir que ces textes proviennent d’un engagement à écrire (...)

Les anarchistes contre le mur :

Présentation d’Uri Gordon et d’Ohal Grietzer

Éditions (...)

Textes choisis Clara Wichmann

Antimilitarisme et violence ; La fin et les moyens ; La cruauté escorte la (...)

Sites favoris



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.62